mars/avril 2013

Au coeur de l’action

La section locale de l’ICM à Montréal pense toujours à l’avenir

Par Correy Baldwin

 

À gauche : Ian Turner, Dany Belanger, Hani Mitri, Lise Chartrand. Pas dans l'image: Martin Poirier | Courtoisie de la section locale de l’ICM à Montréal


Important centre du secteur minier canadien, Montréal héberge non seulement des sièges sociaux de sociétés minières, mais aussi des institutions universitaires de premier ordre et de grandes institutions financières. La section locale de l’ICM à Montréal en est consciente et en profite en s’associant à des organisations financières, politiques et éducatives pour répondre aux besoins présents et futurs de ses effectifs dynamiques et diversifiés. « Certaines personnes s’intéressent non seulement au volet opérationnel de l’exploitation minière, mais aussi au volet financier », au dire de son président sortant, Martin Poirier. « Nous voulons englober différents aspects du secteur. »

La section de Montréal a toujours été plus engagée dans le volet opérationnel. « Les conférenciers que nous avons accueillis s’employaient principalement à donner un aperçu des nouveaux projets d’exploitation et d’extraction minières en cours au Canada », explique Hani Mitri, président de la section. Selon M. Mitri, la majorité des conférenciers invités par la section traitent des aspects technique et économique des activités et visent à informer les étudiants et les gens de l’industrie sur les débouchés qui existent au Canada. Mais les dirigeants de la section aimeraient ouvrir des horizons nouveaux. Le défi, et l’objectif pour l’année qui vient, est de continuer à fournir aux membres ces occasions importantes tout en diversifiant les activités afin de s’adapter aux nouveaux besoins et aux nouveaux centres d’intérêt de l’industrie, de même qu’aux nouvelles avenues qu’elle emprunte.

« Nous mettons l’accent sur le développement durable, » dit M. Mitri. « Notre conférencier de janvier, Stephen Kibsey, vice-président conseil, Gestion des risques, Marchés boursiers à la Caisse de dépôt et placement du Québec, a parlé des risques de la durabilité dans l’exploitation minière dans sa présentation “Winds of change: how the investor is trying to account for sustainability risks in the resource sector”. » La durabilité est devenue une préoccupation primordiale pour tous ceux qui ont un lien avec le secteur, au dire de M. Mitri. « Nous travaillons à sensibiliser les gens à l’importance de développer des projets miniers durables et de tenir compte des risques, explique-t-il. Aujourd’hui, les investisseurs doivent étudier les conséquences sociales et environnementales des projets et produire, à partir de cette information, une évaluation quantitative des risques. »

La section participe aussi activement à la promotion et à l’organisation d’événements locaux et internationaux. Cette année, les dirigeants de la section sont très impliqués dans la direction et l’organisation du Congrès minier mondial, qui aura lieu à Montréal en août. Ferri Hassani, un membre de la direction de la section, présidera l’événement; et la section commanditera des activités à l’intention des étudiants. « Nous sommes heureux d’appuyer les étudiants de Montréal en leur donnant cette occasion de faire du réseautage mondial », affirme M. Mitri.

Les étudiants sont une des priorités de la section de Montréal de l’ICM. Elle entretient des liens étroits avec l’université McGill et l’École polytechnique, qui offrent toutes deux des programmes de stages en génie minier dont la section fait la promotion. Qui plus est, la section commandite à raison de 5 000 $ les équipes des établissements d’enseignement qui participent aux Jeux miniers canadiens, qui se tiendront cette année à Montréal. Environ 200 des 500 membres de la section sont des étudiants.

En outre, la section tient annuellement une vente aux enchères, présentée par Mac Watson, membre de la direction de la section, et son épouse, Rena. La vente sert à collecter des fonds qui permettent de créer des bourses d’études de premier cycle à l’université McGill et à l’École polytechnique. « Il s’agit d’un événement très couru, » affirme M. Mitri. « C’est une tradition vieille de 40 ans de la section locale de l’ICM à Montréal où on recueille plus de 2 000 $ chaque année. »

L’an dernier, la section de Montréal a approuvé le transfert de 100 000 $ dans un fonds d’investissement qui sera géré par la Fondation canadienne des mines et de la métallurgie (FCMM). L’argent servira à créer deux bourses d’études, d’une valeur de 1 750 $ chacune, pour des étudiants en génie minier et en géologie du Québec. René Dufour, un membre de la direction de la division de Montréal, est un des fondateurs de la FCMM, qui a été constituée en 1972.

« Les initiatives nationales de la section, de notre engagement dans le Congrès mondial minier à notre commandite des Jeux miniers, sont motivées en partie par notre mandat, qui consiste à renforcer les liens qui nous unissent aux autres constituants de l’ICM », explique Ian Turner, trésorier de la section. « Il se passe beaucoup de choses à Montréal et il est important que notre section serve de bastion pour la région de l’est. Nous sommes bien placés pour favoriser le partage des connaissances et d’autres ressources avec les Maritimes, ce qui contribuera à l’établissement d’une industrie nationale plus vigoureuse. »

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF