juin/juillet 2013

Innovation

Une approche coordonnée pour relever les enjeux de l’industrie

Par Carl Weatherell

Qu’est-ce, exactement, que l’innovation? L’innovation, c’est créer de la valeur réelle en injectant du neuf dans le travail. Cela peut nécessiter quelques minutes ou quelques décennies, sans nécessairement signifier une découverte, une invention ou un nouveau processus. Aujourd’hui, bon nombre des innovations sont des technologies ou des processus existants mais qui sont mis en œuvre différemment.

Au Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM), nous appliquons cette définition simple de l’innovation à tout ce que nous faisons. Nous avons rapidement élargi notre champ de travail à d’autres secteurs de l’économie, au-delà de l’industrie minière : technologie de l’information et de la communication, technologie propre, aérospatiale et défense, nanotechnologie et génomique. Nous avons même commencé à étudier quelques innovations intéressantes dans le domaine de l’informatique quantique. Nous dialoguons également avec des sociétés de capital risque (SCR), des fondations et des investisseurs institutionnels qui octroient des fonds de démarrage, ainsi qu’avec de petites et moyennes entreprises (PME) susceptibles d’apporter de la valeur à l’industrie minière.

Notre logique est simple : il se peut que des solutions existent, ou soient en cours de développement, dans d’autres secteurs et qu’elles pourraient apporter de la valeur à l’industrie minière. Les fondations et les SCR possèdent généralement dans leur portefeuille un large éventail d’entreprises et de technologies à l’égard desquelles elles ont fait preuve d’une grande diligence raisonnable. Dans certains cas, ces entreprises en démarrage ou ces PME n’ont pas vocation à fournir des solutions à l’industrie minière. Mais en nous intéressant à la proposition de valeur qu’elles pourraient offrir à notre industrie, nous sommes plus à mêmes de comprendre ces processus de pointe et éventuellement, de nous approprier ces nouvelles technologies pour trouver des solutions et générer des retombées économiques.

Le premier projet exploré par le CCIM concerne les modèles multi-paramètres intégrés des empreintes des systèmes de minéralisation. Il s’agit d’un projet quinquennal de 13 millions de dollars qui vise à construire une nouvelle génération de modèles multi-paramètres d’empreintes de gisements minéraux et à mettre au point une méthodologie pour mieux s’orienter vers le cœur potentiellement rentable des systèmes.

Indispensables à la réussite de ce projet furent la collaboration et le leadership de l’industrie minière, ainsi que notre approche axée sur l’industrie. Le CCIM suit un processus en cinq étapes qui consiste d’abord à former un consortium de dirigeants issus de l’industrie minière et du secteur des services, afin de déterminer les défis majeurs rencontrés dans l’exploration, l’exploitation minière, le traitement, l’intendance environnementale, l’énergie et les ressources humaines. Ensuite, nous réunissons les personnes les plus brillantes et les plus compétentes dans ces domaines, ainsi que des représentants des collèges, des universités et des gouvernements, afin de se concerter sur la voie à emprunter pour relever ces défis. Puis, nous mettons au point un plan de projet. Nous obtenons un financement auprès de diverses sources. Et enfin, nous menons à bien le projet.

Le projet Footprints a été lancé officiellement au siège social de Barrick Gold le 13 mai. Le ministre d’État aux Sciences et à la Technologie, Gary Goodyear, l’a décrit comme un projet « conférant un leadership mondial à l’industrie minière. »

Mais nous ne comptons pas en rester là. Le CCIM a entrepris deux nouveaux projets. Le projet Minesnorth entend engendrer la transition de l’industrie vers une exploitation minière durable et respectueuse de l’environnement, profitant aux collectivités et à l’économie du Nord du Canada. Cette transition s’opèrera grâce à des projets visant à réduire la consommation d’énergie et les émissions; à diminuer l’incidence des projets d’exploitation minière sur l’environnement grâce à la gestion des stériles et des résidus; à améliorer l’efficacité du transport et de la logistique; et surtout, à favoriser un travail en étroite collaboration avec les collectivités du Nord. Parmi les nombreuses étapes nécessaires pour lancer ce projet, nous avons fait une proposition de financement auprès du gouvernement du Canada.

Notre deuxième projet concerne la nature cyclique de l’industrie minière et le maintien en poste des personnes les plus compétentes. Quand l’industrie connaît un cycle à la baisse, comme celui que nous connaissons actuellement, les entreprises confrontées à des difficultés financières congédient des personnes expérimentées et versées dans leur domaine. Dans d’autres secteurs au Canada, il existe des organisations, telle Startup Canada, qui soutiennent la création d’entreprises pouvant apporter de la valeur sur le marché et être source de richesse économique. Nous avons eu un premier débat pour savoir comment nous, l’industrie minière, pouvions faire preuve du même esprit d’entrepreneuriat en aidant des personnes de talent à créer des entreprises à la hauteur des plus grands défis du secteur. Sommes-nous capables de créer une organisation favorisant le démarrage d’entreprise dans le secteur minier?

Au CCIM, nous sommes profondément orientés vers l’industrie et axés sur l’innovation. Rejoignez-nous pour faire de l’industrie minière canadienne la meilleure au monde.


Carl Weatherell est directeur exécutif et chef de la direction du Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM), lequel crée des partenariats entre les entreprises, les gouvernements, les universités et les collèges pour stimuler l’innovation dans l’industrie minière.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF