déc '13/jan '14

À la mémoire d’une ingénieure en devenir

Claudia Macedo, un modèle pour les femmes en métallurgie

Par Dinah Zeldin

Claudia Macedo voulait tout accomplir, et elle en a fait beaucoup pendant ses 23 années de vie. La finissante en génie des matériaux de l’université McGill est devenue une source d’inspiration pour ses collègues et fait la fierté de sa famille, après avoir été mortellement happée par une automobile, le 28 septembre, pendant qu’elle circulait à bicyclette sur la route Baie-James, à Matagami, au Québec. Elle venait alors de commencer un dernier stage à la mine Glencore de Matagami.

Son père Julio a dit que sa fille avait choisi de travailler à la mine éloignée de Matagami pour accomplir deux choses : promouvoir la présence des femmes en génie des matériaux et dans la métallurgie et soutenir le développement du potentiel des ressources du Québec. « Elle a mené par l’exemple », explique-t-il. « Je respecte son courage, car de nombreuses personnes ont dit vouloir développer le Nord du Québec, mais elles cherchent des emplois à proximité de leur domicile, à Montréal. Claudia était disposée à faire des sacrifices pour défendre ses idées. »

Bien que Claudia Macedo n’ait pas été à la mine de Matagami pendant longtemps, elle a laissé une impression durable. « Son grand potentiel a rapidement été remarqué par chacun, et il est devenu évident qu’elle avait devant elle un brillant avenir dans le domaine », aux dires de Mark Furlotte, métallurgiste en chef à la mine.

En 2012, elle avait réussi avec brio son stage dans le service de développement de produits de poudres métalliques de Rio Tinto, à Sorel, au Québec, dans le cadre duquel elle analysait les effets d’additifs dans les poudres métalliques. Parallèlement à son stage, elle continuait de participer activement à la vie étudiante de McGill en occupant le poste de présidente de la Section étudiante de la Société de la métallurgie et des matériaux de l’ICM (MetSoc), en agissant comme bénévole pour divers groupes faisant la promotion des femmes en sciences et en animant des ateliers dans le cadre de l’exposition interactive et éducative Mining For Society (M4S) sur les mines, minéraux, métaux et matériaux organisée par l’ICM.

« Elle travaillait toujours sur un projet, tout en poursuivant ses études, et invitait les gens à participer à la Section », raconte Adrian Bill, un étudiant de McGill en génie des matériaux et un membre exécutif de la Section étudiante de MetSoc. « Tous les professeurs du département la connaissaient et l’aimaient, car elle était toujours disposée à offrir son aide. »

Sous sa gouverne, la Section du MetSoc de McGill s’est bien développée et a reçu le Prix d’excellence de Section étudiante ICM/MetSoc en 2011; la Section a aussi donné l’occasion aux étudiants de créer des liens avec des professionnels du secteur par des déplacements sur le terrain, des conférenciers invités et d’autres activités à vocation éducative. Claudia a également encouragé les étudiantes à prendre une part active au sein du département et du secteur. « Elle a encouragé la participation de jeunes femmes dans le département, particulièrement auprès de celles qui n’auraient pas fait les premiers pas d’elles-mêmes », témoigne Andrew Walker, un membre exécutif de la Section étudiante de la MetSoc de McGill et ami proche. « Grâce à elle, beaucoup plus de personnes se sont engagées. »

« Elle a vraiment soulevé l’intérêt dans la transformation des minerais au sein du département », souligne Adrien Bill. « Elle voulait toujours s’assurer que les nouveaux étudiants participent à la Section étudiante [MetSoc] et leur montrait comment l’organisme pouvait les aider à établir des contacts professionnels et être vus dans le secteur. »

Selon son père, la plus grande contribution de Claudia était la promotion des femmes en génie des métaux et son soutien enthousiaste aux initiatives du département et de la MetSoc. Depuis son décès, on envisage de créer une bourse pour les femmes qui accèdent aux études dans le domaine et qui veulent poursuivre un stage dans le Nord du Québec à sa mémoire.

« C’est notre souhait que soit créée une bourse pour les femmes qui poursuivent des études en génie à l’Université McGill, en l’honneur de Claudia », nous a dit Genevieve Snider, directrice du programme de stage en génie des matériaux à McGill. L’université est présentement à la recherche d’un donateur du milieu des affaires pour la création du fonds.

Près de 300 membres de la famille Macedo, professeurs, collègues et amis ont assisté aux funérailles qui ont eu lieu au cimetière du Mont-Royal, à Montréal. « Nous avons perdu une visionnaire qui aurait grandement contribué à la société comme ingénieure et scientifique, souligne son père Julio. Il nous reste tout de même la fierté. Elle a perdu la vie en terminant son stage et en faisant la promotion de la cause qu’elle défendait. Son courage et sa persévérance sont des points de repère pour les femmes ingénieures en devenir dans la métallurgie. »

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF