sept/oct 2012

La Nouvelle-Écosse recherche des talents en exploration

Les prospecteurs obtiennent une aide de fin de saison de la part du gouvernement

Par Rachel Brighton

Les prospecteurs et les petites sociétés minières de la Nouvelle-Écosse devront agir rapidement pour capitaliser sur un nouveau programme incitatif d’exploitation minière de 700 000 $ offert par le gouvernement provincial avant la fin de la saison. Les projets n’ont pas été prouvés avant le mois d’août, après un lancement de programme hâtif en juillet.

Selon Fred Walsh, vice-président de la Nova Scotia Prospectors Association, le programme est « extrêmement nécessaire » pour réduire l’écart de financement par rapport aux autres provinces. Mais il ajoute que le lancement du programme « le fera au terme de la saison de cette année. Cela aurait dû être fait au début de la saison, c’est-à-dire en avril. »

Le programme est débordé et un groupe départemental a reçu la mission de trouver les meilleures candidatures au sein d’une pile d’environ 70 applications : environ 40 pour des subventions de prospecteurs allant jusqu’à 15 000 $ chacune et environ 30 pour un financement provenant des secteurs public et privé destiné à des projets avancés d’exploration allant jusqu’à 100 000 $. Afin de recevoir des subventions pour l’exploration avancée, les demandeurs doivent trouver un financement de contrepartie provenant du secteur privé. Pour recevoir le financement complet, il faut soumettre au gouvernement des rapports pour tous les travaux d’exploration d’ici le mois de février.

L’or a suscité un intérêt considérable, selon Donald James, directeur exécutif de la division des ressources minérales du ministère des ressources naturelles de la province. Parmi les autres intérêts, on retrouvait les métaux de base dont le zinc, les gisements de terres rares et le gypse.

Malgré l’échéancier du programme, qui se compare aux processus normaux du gouvernement selon un fonctionnaire, l’injection stratégique de fonds pourrait donner une longueur d’avance à l’industrie dans ce climat d’investissements resserré. Glenn Holmes, PDG de NSGold Corporation, affirme que même si les marchés boursiers sont « effectivement fermés aux petite société d’exploration », le financement recherché par son entreprise permettrait un programme de forage à l’automne visant à évaluer le potentiel d’une mine à ciel ouvert dans le secteur ouest de sa propriété d’or de Mooseland, site de la première découverte d’or déclarée en Nouvelle-Écosse en 1858. NSGold à demander une subvention de 50 000 $ pour un projet avancé d’exploration.

Selon Pat Mills de la Mining Association of Nova Scotia, le programme de subventions indique que le gouvernement tente de changer la perception des investisseurs voulant que la « Nouvelle-Écosse n’est pas vraiment en faveur de l’exploitation minière. »

James a affirmé que « la plupart des autres juridictions au Canada ont un programme incitatif d’exploitation minière ou un programme incitatif fiscal que nous n’avions pas. » Il espère que le nouveau programme, élaboré sur le modèle du Nouveau-Brunswick et préparé avec le soutien de l’industrie, pourrait favoriser une certaine uniformisation entre les provinces se partageant les rares investissements.

Un tiers des 700 000 $ a été affecté aux subventions pour les prospecteurs, un peu plus de la moitié pour les projets avancés et le reste pour des subventions de marketing et de formation. Ces dernières subventions comprennent 30 000 $ pour valoriser et mettre en marché les propriétés lors d’événements sur l’exploration minière au cours de l’année à venir et 50 000 $ pour former « un nouveau cadre de prospecteurs », explique James, qui a remarqué que de nombreux prospecteurs en Nouvelle-Écosse ont démarré grâce un programme d’aide aux prospecteurs de quatre ans mis en œuvre à la fin des années 1990.?

v
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF