novembre 2012

De la maîtrise de la mine à la maîtrise du broyeur

Antamina améliore la capacité de production pour les minerais durs avec le soutien de Metso PTI

Par Marta Samuel

Le corps minéralisé que la Compañia Minera Antamina extrait au Pérou depuis 2001 contient deux principaux types de minerais : des minerais de cuivre-molybdène et des minerais encore plus durs de cuivre-zinc qui se trouvent dans un ratio d’environ 70:30. ­­Traditionnellement, les minerais de cuivre-zinc étaient traités beaucoup plus lentement que les minerais cuivre-molybdène, il était donc évident que quelque chose devait être fait. Une collaboration avec Metso Process Technology and Innovation (PTI) a été établie en 2007 pour optimiser le processus complet de fragmentation, de l’étape du forage et du dynamitage jusqu’à l’étape de concassage et de broyage.

« L’objectif était de voir de quelle façon nous pourrions augmenter la capacité de production des minerais de cuivre-zinc », a précisé Ed Rybinski directeur de secteur du procédé pour le programme d’optimisation de la production d’Antamina. Avant 2007, le minerai de cuivre-molybdène avait une capacité de production de 4 100 tonnes à l’heure et le minerai de cuivre-zinc de 2 800 tonnes à l’heure.

Parcours

Avant d’entreprendre les travaux d’optimisation au Pérou, Rybinski et Frank Dávila, contremaîtres généraux au forage et au dynamitage d’Antamina, ont accompagné le Vice-Président de Metso PTI, Walter Valery, et d’autres employés de Metso PTI pour une visite de l’opération Batu Hijau de Newmont en Indonésie, où Metso PTI a effectué un travail considérable. L’optimisation de Batu Hijau a été menée à l’aide de la même approche qui allait être utilisée à Antamina; une approche que M. Valery appelle « de la mine au broyeur » qui repose en grande partie sur la collecte de données et sur des analyses détaillées pour acquérir une compréhension complète des minerais et des procédés. « Nous croyions que Batu Hijau offrait une bonne occasion pour Antamina de voir les résultats du projet et de discuter à propos du procédé avec le personnel de Newmont », a dit M. Valery. Comme Antamina, Batu Hijau avait fait appel à Metso PTI pour aider à diminuer la différence dans les débits obtenus lors du traitement de types de minerais durs et tendres. Et tout comme Antamina, l’objectif a été atteint en adaptant le processus de dynamitage aux différents types de minerais pour offrir une fine fragmentation brute.

M. Rybinski a dit qu’il est convaincu que travailler avec Metso a été la bonne chose à faire avant d’aller en Indonésie. « L’objectif de la visite était d’obtenir des renseignements pratiques sur la façon dont le projet était géré, sur ce qu’ils croyaient être la clé de la réussite ou les risques d’échec pour nous aider à développer notre projet », a-t-il rappelé. « J’étais impressionné que tous les gens de différents secteurs, opérations concentrateur, métallurgie, forage, dynamitage, géologie et autres, parlaient tous du procédé de la mine au broyeur. Ce n’était pas seulement une personne qui exécute un projet en solitaire. Il était essentiel d’obtenir un appui de la part du concentrateur et de la mine, et de tous les différents niveaux de l’organisation, pour assurer le succès continu du programme. »

Selon M. Valery, le procédé de la mine au broyeur de Metso est une « méthodologie structurée ». Cela signifie que même si les opérations minières et les modifications requises pour les optimiser varient d’un site à l’autre, la méthodologie de l’optimisation du procédé demeure constante.

Tirer le maximum de profit pour son argent

La collaboration entre Antamina et Metso PTI a commencé à se former sur le site au Pérou au début 2007. L’équipe a commencé à vérifier les pratiques de forage et de dynamitage d’Antamina ainsi qu’à vérifier et à prélever des échantillons des circuits de concassage et de broyage. Ces pratiques les ont aidés à développer des modèles qui précisaient ce que chaque étape devait accomplir et ce qui pouvait être légèrement modifié pour améliorer la performance. « Nous sommes allées sur le site d’Antamina à plusieurs reprises », a mentionné M. Valery. « Nous avons comparé la façon qu’ils utilisaient pour opérer la mine et l’usine de traitement. Nous avons calibré nos modèles, puis nous avons exécuté un très grand nombre de différents scénarios de stratégies d’opération dans la mine et l’usine. » Cela a plongé Metso dans une révision en profondeur des processus de dynamitage et de l’opération du circuit de fragmentation courants.

Comme dans toutes les optimisations de la mine au broyeur effectuées par Metso PTI, le minerai était classé en groupe selon la variation de la dureté. Les pratiques de dynamitage ont été vérifiées et la fragmentation du dynamitage a été mesurée, ce qui a permis de comparer les pratiques courantes de la mine et d’établir les contraintes principales reliées à la stabilité du mur et au contrôle, à la dilution du minerai et aux aspects environnementaux.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF