novembre 2012

Comment la société NAME ouvrit la voie vers le Nord canadien

Jack Hammell et la naissance de la prospection aérienne

Par Correy Baldwin

T.M. Reid, pilote de Northern Aerial Minerals Exploration, pose devant un Fokker Universal Super équipée avec des skis dans la Grande rivière de la Baleine, Québec, Décembre 1928 | courtoisie de Musée de l'aviation et de l'espace du Canada


Au cours de l’été 1925, deux frères, Lorne et Ray Howey, trouvèrent de l’or à Red Lake, dans le nord-ouest de l’Ontario. L’année suivante, une ruée vers l’or avait lieu dans cette région nordique éloignée, la dernière de ces ruées traditionnelles.

Les frères Howey invitèrent un homme dénommé Jack Hammell afin d’évaluer leur découverte à Red Lake et Hammell accepta de les aider dans le développement de leur mine. Ancien boxeur professionnel, dont le surnom de boxe « Le tourbillon » convenait également à son approche des affaires, Hammell se fit un nom en aidant les entreprises minières dans le nord. Il fit ses débuts dans les mines de zinc et de cuivre de Flin Flon, au Manitoba, avant de s’occuper des mines d’argent à Cobalt, des dépôts d’or de Porcupine près de Timmins, et plus tard des mines d’or de Kirkland Lake.

Les hommes avaient hâte de commencer les travaux, mais l’hiver venait de s’installer, ce qui rendait difficile le transport des fournitures et des équipements à travers les 300 kilomètres de brousse. Entre-temps, le bruit de la découverte de l’or s’était répandu et on prévoyait l’arrivée de nouveaux mineurs.

C’est alors que Hammell, toujours plein de ressources, eut une idée qui changerait à jamais l’industrie minière. Il convainquit le ministère des forêts de l’Ontario de lui laisser utiliser sept de ses avions et il organisa le transport par voie aérienne des fournitures jusqu’à la mine Howey, réussissant ainsi à remplacer une expédition en traîneau de 10 jours par un simple vol de 90 minutes. La mine d’or Howey profita ainsi d’une bonne avance lors de la ruée de Red Lake, ce qui lui permit ensuite de prospérer.

Les autres mineurs et prospecteurs continuaient à couvrir de grandes distances en traîneau à chiens à travers la nature sauvage et cruelle, comme ils l’avaient toujours fait. Mais pour la première fois, ils n’étaient plus seulement en compétition les uns avec les autres, mais ils devaient faire face à quelque chose d’entièrement nouveau, les pilotes de brousse. La ruée vers l’or de Red Lake marqua le début de la modernisation de l’industrie ainsi qu’un changement majeur dans la façon dont l’exploration et l’exploitation des gisements miniers du Nord étaient effectuées.

Hammell savait qu’il avait trouvé là un filon. Les avions permettaient aux prospecteurs et aux mineurs d’accéder rapidement et facilement à des sites éloignés, et ce en toute saison. En 1928, il fait équipe avec l’ingénieur minier et pilote de la Première Guerre mondiale, Harold « Doc » Oakes, et ensemble ils fondent la société Northern Aerial Minerals Exploration (ou NAME), la première entreprise de prospection aérienne au monde.

La vision de Hammell était des plus pertinentes. Le vol d’hiver venait de débuter vers 1917, mais les avancées technologiques en aviation et dans la conception des aéronefs permettaient de produire des avions mieux adaptés au climat du Nord. La société NAME exploitait de nouveaux aéronefs que l’on pouvait équiper de flotteurs pour amerrir en été, ou de skis pour atterrir sur la neige ou la glace en hiver. Les modèles Fokker et Fairchild, tous deux utilisés par la société NAME, étaient les modèles les plus populaires. Quoique de conception américaine, les deux modèles étaient fabriqués dans la région de Montréal et leur popularité stimula l’industrie aéronautique canadienne.

Oakes apporta également certaines innovations à la conception des avions : il améliora le réchauffement du moteur pour les vols d’hiver alors qu’il travaillait pour une entreprise d’approvisionnement par avion en 1926.

La société NAME effectua de la prospection dans le Nord canadien avec une flotte de 10 aéronefs et une équipe qui passa de 100 à 200 prospecteurs. Elle établit 34 bases, du nord de l’Ontario jusqu’au Yukon et jusqu’à la région de l’Ungava dans le nord du Québec. Le succès ne se fit pas attendre. Durant la première année, deux prospecteurs de la société NAME trouvèrent de l’or à Pickle Lake, au nord de Thunder Bay et établirent la mine de Pickle Crow. Plusieurs nouvelles découvertes par les prospecteurs de la société NAME restaient à venir.

Une multitude de sociétés suivirent la voie tracée par NAME, et bientôt les aéronefs et les pilotes de brousse qui les pilotaient devinrent une partie intégrante de l’industrie. Bien que les efforts de la société NAME ne menèrent à aucun développement de mines dans le Grand Nord, elle a laissé un héritage indéniable en ouvrant la région à l’exploration et à la prospection.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF