novembre 2012

L’union fait la force

L’ICM développe des partenariats pour encourager la collaboration internationale

Par Dinah Zeldin

Les membres du comité organisateur de HydroProcess 2012, de gauche à droite: Carlos Barahona, directeur exécutif et directeur général de Gecamin; Sergio Castro, président et directeur, traitement technique à métaux BHP, Chili; Virginie Ciminelli, co-président et professeur, Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil; Nathan Stubina; Jesús Casas, coordonnateur technique, Gecamin


Avec 70 pour cent des actifs miniers canadiens situés à l’étraner, l’industrie minière canadienne doit établir de solides liens avec les organisations de l’industrie partout dans le monde, et plus particulièrement avec celles en activité dans les régions où la présence canadienne est forte. L’ICM travaille actuellement à forger des liens avec des organisations en Amérique latine et dans les Caraïbes, où se trouvent 34 pour cent des actifs miniers canadiens.

Nathan Stubina, vice-président international à l’ICM et directeur du Centre de technologie Barrick, dirige cette initiative en collaborant avec Gecamin, une société établie à Santiago, au Chili, qui organise des événements miniers. Cette année, Stubina a siégé au comité directeur de HydroProcess 2012, un séminaire international sur les procédés hydrométallurgiques. Il a également été le premier conférencier de l’événement, qui s’est tenu à Santiago du 11 au 13 juillet.

La présentation de Stubina, « Mining and Metallurgy at a crossroads: the issues our industry will be facing » (L’exploitation minière et la métallurgie à la croisée des chemins : les défis auxquels notre industrie doit faire face), traitait de questions critiques auxquelles l’industrie doit faire face à l’échelle mondiale, comme le recrutement et la fidélisation du personnel, les faibles teneurs des minerais, le financement des projets sur le marché et les modifications apportées à la réglementation. « Il est très important pour nos membres de pouvoir discuter de questions telles que les problèmes environnementaux, la durabilité et les nouvelles technologies de traitement, avec les sociétés et les entreprises sœurs dans d’autres parties du monde » mentionne-t-il.

Gecamin accueillera le International Mineral Processing Congress (IMPC) à Santiago en 2014, deux ans avant que l’ICM n’accueille à son tour l’événement dans la Ville de Québec. Jan Nesset, membre actif de l’ICM et consultant chevronné en traitement des minerais chez NesseTech Consulting Services Inc., en Ontario, siègera au comité technique de l’IMPC 2014. « Comme Jan participe au comité, il pourra tenir l’ICM au courant de ce qu’ils prévoient faire et nous aider à développer notre programme pour 2016 » explique Stubina.

Le personnel de Gecamin participera en janvier prochain à la conférence des Canadian Mineral Processors à Ottawa afin d’inviter les membres de l’ICM au congrès IMPC 2014. Cette société d’organisation d’événements fera également la promotion du congrès IMPC 2016 sur leur site Web et dans les autres événements miniers qu’elle organise. « Nous travaillons à établir des synergies avec les sociétés sœurs et les organisations qui organisent des événements afin de nous entraider les unes des autres dans nos efforts de communication et pour informer le milieu des événements à venir » indique Stubina.

En attendant, l’ICM se prépare déjà à accueillir le congrès IMPC. Stubina et James Finch, professeur en traitement des minerais à l’université McGill, qui dirigeront le comité technique en 2016, ont participé en septembre dernier au congrès IMPC 2012 à New Delhi, en Inde, afin de présenter les plans de l’ICM pour le congrès IMPC 2016.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF