novembre 2012

Fait au Canada

Le récipiendaire du Prix des membres, Robert Lipic, a créé une chaîne d’approvisionnement à l’échelle mondiale

Par Kim Lear

Robert Lipic n’a jamais reculé devant les obstacles dressés sur son chemin. Dans les faits, ce président et chef de la direction novateur de Mining Technologies International (MTI) a déjà essuyé des tirs et a déjà été kidnappé lors de missions visant à établir des liens d’affaires dans des pays en voie de développement. Lipic, récipiendaire du Prix des membres de 2012 qui est remis aux héros méconnus de l’industrie minière, poursuit sa mission en explorant de nouveaux marchés et de nouvelles possibilités d’affaires pour le secteur des fournisseurs d’équipement minier du Canada, mais il le fait dorénavant le plus souvent en restant au pays.

Si l’on observe rétrospectivement les 40 dernières années et plus qu’il a consacrées à l’industrie minière, on ne peut que constater son énorme influence dans ce secteur d’activité. Son succès s’explique en grande partie par trois qualités personnelles fondamentales : il accorde aux relations une importance primordiale, il démontre une curiosité insatiable et il cherche constamment à trouver de meilleures façons de faire les choses.

« Lorsque j’ai débuté, un grand trou (forage par remontage) avait cinq pieds de diamètre » explique Lipic, impressionné devant les progrès réalisés dans le domaine minier durant sa carrière. « Aujourd’hui, certains acteurs de l’industrie disent pouvoir forer des trous de 3 000 pieds de long et de 10 mètres de diamètre. »

« MTI a mis sur le marché il y a quelques années une tige de forage qui a contribué à rendre cela possible » ajoute fièrement Lipic. « Chapeau au Canada! Nous avons d’abord développé ces technologies chez nous et désormais le reste du monde va essayer de nous copier. Observer ce développement au cours des 20 prochaines années sera des plus intéressant. » À 68 ans, on voit que Lipic s’amuse toujours autant et qu’il n’a aucunement l’intention de prendre une retraite hâtive.

Avant d’acheter l’entreprise qui est devenue par la suite MTI, Lipic a gagné ses galons en travaillant dans l’exploration minière, dans le développement minier, dans la vente et même en travaillant sous terre.

Il a ensuite fait de MTI une entreprise entièrement canadienne avec un chiffre d’affaires de 140 millions de dollars par année et le plus grand manufacturier et fournisseur d’équipements miniers au pays.

Lipic attribue le succès de MTI aux relations solides qu’il a pu établir. Il est fier de nous préciser que durant la dernière récession, pas un seul client n’a annulé une commande, en ajoutant que MTI n’a jamais fait l’objet de créances douteuses à l’échelle internationale et que certains des clients de MTI font affaire avec lui depuis plus de deux décennies.

Reconnu pour sa détermination en négociation et pour sa capacité à avaler occasionnellement une lampée de sang de serpent pour conclure un accord, il a stratégiquement établi des liens d’affaires avec des entreprises dans plus de 20 pays. « Je suis d’avis que nous avons des normes exceptionnelles au Canada » explique Lipic. « Si nous sommes en mesure de respecter ces normes dans l’industrie canadienne, nous pouvons tirer profit de cette expertise et l’offrir aux clients internationaux. »

Le siège social de MTI est situé à Sudbury et l’entreprise mène ses activités à North Bay et au Montana, où elle emploie plus de 400 Canadiens ainsi qu’environ 60 Américains.

« On entend toujours parler d’entreprises qui déplacent leurs activités ailleurs dans le monde où la main-d’œuvre est moins chère » mentionne Lipic. « Je n’ai jamais cherché à impartir mes activités à l’étranger. Je dis plutôt qu’il faut profiter du talent que nous avons chez nous et l’utiliser pour produire des équipements de la plus haute qualité. »

MTI a mis sur le marché au cours des années un certain nombre de solutions qui sont venues changer le cours des choses. Il y a six ans, anticipant de nouvelles restrictions de la part de la Environmental Protection Agency des États-Unis, MTI entrevit le potentiel de la situation et en profita pour concevoir une chargeuse hybride visant l’exploitation des filons étroits, qui serait plus sécuritaire et plus efficace et qui produirait moins d’émissions polluantes. L’entreprise est en train d’apporter ses dernières améliorations à sa technologie de batterie avant la mise en marché de cette chargeuse cette année et des plans pour une chargeuse de taille moyenne sont déjà sur la planche à dessiner du service d’ingénierie. Lipic espère pouvoir tester le nouveau prototype en 2013.

Lipic cherche à découvrir de nouvelles façons d’améliorer l’offre de produits de MTI, à créer de nouvelles chaînes d’approvisionnement et à donner encore plus d’envergure internationale à MTI. Nous lui avons demandé ce qui le motivait tant à rester dans la course après toutes ces années? « C’est l’aventure de toujours gravir une colline encore plus haute » nous a-t-il répondu.

Découvrez les autres prix d’excellence de l’ICM.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF