novembre 2012

Occasion d’innovation

L’événement COM 2012 célèbre les progrès de l’industrie

Par Herb Mathisen

Entre le 30 septembre et le 3 octobre, plus de 700 professionnels des métaux et des matériaux en provenance de 35 pays se sont rassemblés à Niagara Falls (Ontario) dans le cadre de la 51e édition annuelle de la Conférence des métallurgistes (COM 2012). À cette occasion, ils ont célébré les répercussions positives pour la société et l’environnement des efforts en matière de durabilité et ont discuté de l’évolution de l’innovation et des pratiques recommandées afin d’assurer un avenir plus durable à l’industrie.

Organisée par la Société de métallurgie et des matériaux (MetSoc), cette conférence, intitulée Metallurgy and Metals Impact on Society, comprenait 177 présentations sur des sujets d’actualité, notamment les obstacles à l’innovation véritable et les améliorations potentielles visant les technologies et processus miniers.

Le conférencier plénier et ancien président de l’ICM Chris Twigge­Molecey y a discuté de la nécessité d’investir dans l’innovation. Malgré le fait que des obstacles comme la pensée à court terme, la crainte de l’échec et l’insuffisance du soutien financier puissent nuire au développement et à la promotion des nouvelles idées, les produits et processus novateurs peuvent présenter des avantages durables.

« Nous avons découvert de nouvelles façons de rendre attrayants les investissements à long terme dans l’innovation », explique M. Twigge­Molecey, ajoutant que l’investissement en capital de risque au Canada a diminué de 70 pour cent au cours des dix dernières années. « La saignée est particulièrement importante dans notre secteur car la plupart des sociétés minières et métallurgiques appartiennent à des intérêts étrangers qui ne se soucient pas particulièrement des avantages que pourrait en tirer le Canada. »

Parmi les autres conférenciers on notera le professeur Thomas Homer­Dixon, de l’Université de Waterloo, qui a parlé de la façon dont les entreprises pourraient prospérer tout au long de ce qu’il a désigné comme étant la transition « vers une technologie universelle », une période pendant laquelle l’économie mondiale sera ébranlée par l’adoption de sources d’énergie à faibles émissions de carbone ou sans émissions de carbone. Engin Özberk, de Cameco, a parlé des avantages d’une collaboration en vue de développer de nouvelles technologies et Bruce Conard, ancien vice­président d’Inco, a abordé l’avenir de la ­durabilité.

Pour la première fois, la conférence comprenait également un symposium sur les terres rares. « La ruée vers la récupération des métaux du groupe des terres rares, ainsi que les besoins en matière de recrutement, de formation et de durabilité ont dominé la discussion », remarque Vladimiros Papangelakis, président de la conférence, qui mentionne également le taux de participation élevé.

Les 52 étudiants participants ont pu également se détendre en passant une soirée au complexe Great Canadian Midway, pendant laquelle ils ont pu rencontrer des intervenants clés de l’industrie.

La conférence de l’an prochain, intitulée Shaping the Future with Technological Breakthroughs in Metallurgy and Materials, aura lieu à Montréal (Québec), du 27 au 31 octobre.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF