juin/juillet 2012

La Côte-Nord-Labrador accueille la CMP

Une nouvelle division se penche sur les besoins relatifs au minerai de fer de la région

Par Elise Dyck

Un groupe de 90 personnes en provenance du Labrador et de la Côte-Nord qui transforment des minerais de fer s’est rassemblé à Sept-Îles le 17 avril pour une première rencontre de la division.

Les organisateurs espèrent que la nouvelle division contribuera à améliorer les communications entre les différents transformateurs de minerai de fer et les sites afin d’aider à résoudre des problèmes de base. « La meilleure façon d’utiliser des connaissances est de les partager avec d’autres et d’être en mesure de profiter de celles des autres », pense David Cataford, directeur de la nouvelle chaire CMP de la division Côte-Nord-Labrador, et gestionnaire chez Cliffs Natural Resources.

L’objectif de la division est également de réfléchir à l’expansion en cours dans l’industrie locale du fer et de faire la promotion d’une carrière en transformation du fer aux étudiants.

« Les transformateurs ont été impliqués dans la CMP de Val-d’Or, mais en réalité, peu de discussions traitent vraiment à la réalité de la Côte-Nord et du Labrador », selon David Cataford. Le minerai de fer est le premier minerai en importance pour la Côte-Nord et le Labrador; tandisque à Val-d’Or, c’est l’or. Le minerai de fer et le minerai d’or sont traités de manière très différente : la transformation de l’or est en premier lieu chimique, alors que celle du fer est essentiellement mécanique. Des matériaux et des processus différents nécessitent des discussions différentes, c’est pourquoi la Côte-Nord et le Labrador demandent leur propre division de la CMP.

Bien qu’il s’agisse en grande partie du traitement d’un seul minerai pour la Côte-Nord-Labrador, la région est toutefois à cheval sur deux provinces et elle met en jeux deux langues. « Un problème important est de se démêler avec l’utilisation des deux langues et d’avoir des rencontres qui n’excluent personne », explique David Cataford. Pour accommoder tous les membres, toutes les présentations des premières rencontres sont bilingues.

Jean Hébert, un directeur chez Metso Minerals Canada, qui était aussi présent à la rencontre, a souligné que l’accent a été mis sur l’inclusion. « Le minerai de fer ne reconnait pas la frontière entre le Québec et le Labrador », admet-il. « La nouvelle division rassemble les transformateurs du minerai de fer : le tout est une question de collaboration et d’entente, et non une question de province et de langue. »

Selon David Cataford, en plus d’intéresser les participants, la nouvelle division a également suscité une très bonne réponse de la part les commanditaires, incluant les entités privées et le gouvernement du Québec. L’argent en provenance des subventions sera utilisé pour des bourses d’étude afin d’attirer les étudiants dans le domaine de la transformation des minerais. La division prévoit que des membres feront des présentations dans les écoles et créeront un site Web expressément pour les étudiants.

À l’avenir, les rencontres de la division se feront sur une base annuelle. Des visites de sites et des expositions de l’industrie sont prévues. Jean Hébert prévoit que le nombre de membres de la division triplera au cours des cinq prochaines années. « Nous espérons qu’il y aura une meilleure participation de la part du gouvernement, surtout si l’on considère le Plan Nord du gouvernement québécois qui vise à améliorer le développement économique du nord de la province », fait-il savoir.

Jean Hébert et David Cataford sont reconnaissants envers la CMP pour avoir contribué à la mise au point et à l’envol de la division Côte-Nord-Labrador . De plus, Jean Hébert considère que les gens et les entreprises qui travaillent au traitement des minéraux de la région méritent aussi des remerciements. « Ils sont là depuis 35 ans, et nous leur devons un grand respect », déclare-t-il. « Nous sommes au bon endroit. »
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF