février 2012

La 3D prend vie

Le centre interactif de Golder situé dans le quartier financier de Toronto

Par Krystyna Lagowski

Le centre collaboratif 3D (C3D) de Golder Associates, situé dans une salle de conférence de son bureau du centre-ville de Toronto, peut accueillir de 20 à 30 personnes. Après que les visiteurs mettent les lunettes 3D, ils peuvent visualiser une gamme de données complexes qui sont projetées sur un grand écran en 3D et qui offrent un haut degré de détails et de perception de profondeur.

Ce qui est nouveau n'est pas la technologie de visualisation elle-même, mais les gens qui l'utilisent. Nous avons volontairement situé le centre C3D au cœur du quartier financier de Toronto. « Les sociétés minières cherchent des investissements pour leurs propriétés et gisements en les vendant ou en levant le capital pour passer à la phase suivante de développement lors de laquelle ils deviennent des mines, » indique John Fairs, directeur de la division d'imagerie spatiale chez Golder.

Une de ces entreprises est Gowest Gold Ltd, une petite société d'exploration qui se concentre sur son projet aurifère près de Timmins. « Nous l'avons utilisé avec notre groupe de géologie et aussi lors de nos assemblées annuelles, explique le président de Gowest, Greg Romain. Le C3D est un excellent outil de marketing particulièrement pour ceux qui ne comprennent pas tellement la géologie, à quoi elle ressemble et ce qu'elle signifie. Je l'aime simplement pour sa taille et son échelle et la manière dont elle donne une meilleure perspective. »

« Pour les analystes miniers et de métaux dont la tâche est de minimiser les risques corporatifs pour les investisseurs, ils peuvent venir ici, indique M. Fairs. L'utilisation de la technologie 3D les aidera à identifier les difficultés ou les risques techniques et, au bout du compte, qu'ils peuvent être plus confiant qu'il s'agit réellement d'un risque ou non, et ainsi décider combien investir. »

Autant d'usage que de disciplines

La philosophie concernant C3D est de faciliter une discussion collaborative entre les différentes disciplines. « Par exemple, lors de l'évaluation de la valeur du minerai, des experts comme des géologues, des sismologues et des spécialistes de la mécanique du roc peuvent étudier le modèle 3D ici dans notre salle de conférence alors que l'image change selon les différents ensembles de données, » explique Fairs.

Doug Morrison, ancien chef du secteur minier mondial chez Golder et actuellement vice-président du Centre for Excellence in Mining Innovation, a joué un rôle crucial dans l'établissement du centre C3D Centre de Golder. Il était membre du conseil d'administration de MIRARCO, une organisation de recherche minière de Sudbury avec un laboratoire de réalité virtuelle 3D similaire. M. Morrison croyait que la technologie 3D disponible à Sudbury serait un outil inestimable à Toronto également.

« Sa véritable valeur est d'analyser des données en temps réelle sous forme d'un graphique 3D, dit-il. C'est la différence entre l'information et le savoir. »

« C'est réellement un outil d'analyse de données avec un format de présentation très sophistiqué, explique M. Morrisson. Vous avez beaucoup de données, mais vous ne savez pas qu'est-ce qui est important. Vous l'examinez sous tous les angles et vous éliminez tout ou une partie d'un ensemble de données ou vous ajoutez un morceau et éventuellement vous commencez à cibler les éléments vitaux de l'information qui peuvent faire la différence. »

« Les clients viennent ici avec leurs données et l'information sur le projet et nous pouvons l'afficher en 3D pour les aider à la visualiser adéquatement, indique M. Fairs. Cela permet alors de prendre de meilleures décisions. Par exemple, nous commençons par les données de forage et nous combinons tous les morceaux de l'ensemble de données pour produire un modèle qui inclut l'information sur la géophysique, la sismique, les failles, etc. afin de reproduire ce dont la Terre a l'air sous la surface – puis estimer le potentiel des ressources et les défis géotechniques qui pourraient être présents. »

Les ensembles de données peuvent être alimentés dans un ordinateur et affichés pour interagir avec d'autres données fournies par les clients en utilisant un logiciel compatible M. Fairs indique que le coût d'utilisation du centre peut dépendre du client si celui-ci doit convertir les données à une solution compatible et la durée de la réservation du centre.

Éprouvé sur le terrain

Bien que le centre C3D n'ait que trois ans, la technologie 3D elle-même a été utilisée avec succès dans l'industrie du pétrole et du gaz depuis des années. En effet, cette industrie se fie beaucoup à la technologie pour visualiser les données. Dans des entreprises comme Texaco et BP, un bureau pourrait avoir trois ou quatre centres de visualisation 3D.

Le centre C3D lui-même est un effort collaboratif entre Golder et MIRARCO. Les coûts de construction du centre dans les bureaux de Golder du centre-ville de Toronto étaient de 225 000 $ environ. « Les coûts comprennent tout, de l'écran et des projecteurs à la peinture requise pour donner à la pièce une sensation de caverne sombre afin de rendre la présentation plus efficace, » explique M. Fairs.

À l'origine, la technologie 3D était utilisée pour les travaux géotechniques dans les mines afin d'identifier les failles. Puisqu'il pourrait y avoir des centaines de failles dans une mine, il est difficile d'établir lesquelles pourraient causer un problème. Mais en utilisant la technologie 3D pour combiner les failles avec d'autres structures connues et en superposant l'activité microsismique, les ingénieurs miniers pourraient avoir une meilleure idée de l'emplacement des grappes d'activité et reconnaître une faille particulièrement critique.

Gowest Gold qui a bâti une ressource de 1,2 million d'onces probables et présumées d'or jusqu'à présent à sa propriété de Frankfield utilise la technologie 3D pour traduire les chiffres de la ressource en une image compréhensible. « Vous pouvez voir le corps minéralisé et vous pouvez le faire pivoter et vous pouvez le faire devant beaucoup d'yeux en même temps, explique M. Romain. Vous pouvez vous assoir avec 20 ou 30 personnes et quelqu'un pourrait vous poser une question à laquelle quelqu'un d'autre n'aurait pas pensé. Vous pouvez alors faire pivoter le corps minéralisé et en parler en leur montrant de quoi il a l'air et en présentant différentes vues en coupe.

M. Romain aime le niveau de détail offert par le C3D et la réalité de planifier un forage à l'avance. Il ajoute : « Vous pouvez avoir des débats avec tous les participants impliqués pour décider si [la foreuse] devrait être déplacée ou non – et passer le temps avant le forage réel. C'est là que nous pouvons épargner de l'argent. »
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF