déc '12/jan '13

Communication

Compilé par Herb Mathisen

L’écoute sélective

Le système SP2x de Sensear Communications permet aux travailleurs de réduire le bruit ambiant. L’écouteur à technologie d’augmentation de la parole et de suppression du bruit filtre les bruits ambiants jusqu’à 110 dB tout en permettant une communication efficace, en personne, par radio bidirectionnelle ou par connexion Bluetooth à un téléphone cellulaire.

Le SP2x portatif peut être accroché à une ceinture et se branche à la plupart des radios par câble pour permettre à l’opérateur de communiquer par radio, ou grâce à la technologie Bluetooth, sans l’aide d’un microphone sur tige. C’est grâce à la technologie de microphone à matrice de Sensear qui reconnaît les ondes sonores dans l’oreille et filtre la parole du bruit ambiant, précise David Cannington, chef du marketing de Sensear. Le SP2x est pratique pour les opérateurs de camions à benne dans les mines à ciel ouvert, qui doivent souvent mettre le volume de leur radio au maximum pour pouvoir l’entendre dans leur cabine, où le niveau sonore peut atteindre 80 à 90 décibels. « Souvent, on leur donne des bouchons pour protéger les oreilles, ce qui n’aide pas, » indique Cannington, qui ajoute que les opérateurs qui utilisent le SP2x peuvent baisser le volume et protéger leur ouïe.

 

Les signes de sommeil

La société australienne Optalert a développé une utilisation originale pour les lunettes de protection.

Une diode luminescente intégrée au cadre adapté capte une image des paupières de l’opérateur 500 fois par seconde et détecte les signes précurseurs du sommeil. Selon l’ampleur et la vitesse auxquelles le conducteur ouvre les yeux, l’afficheur placé sur le tableau de bord indique un score de un à dix. Si le score augmente pour indiquer que le conducteur commence à avoir sommeil, trois alarmes se déclenchent, dont une alarme sonore de 90 décibels, pour éviter les accidents causés par la fatigue. Kathryne Panna, coordonnatrice de projets marketing de l’entreprise, précise que les lunettes Optalert sont destinées d’abord aux opérateurs de machinerie lourde comme les conducteurs de camions à benne. Les clients peuvent aussi consulter les scores de fatigue de leurs travailleurs en temps réel ou consulter le cycle de fatigue personnalisé de chaque employé. 

Communiquer sans réseau

En cas d’urgence sous terre, le transmetteur CanaryLink-IS qui traverse le sol d’Alert Communication Inc. peut relier les mineurs piégés et leur sauver la vie. La société de Toronto a développé une technologie qui permet de communiquer avec la surface par voix ou par texte, sans fil et en temps réel, à une profondeur pouvant atteindre 1500 pieds sous la terre et la roche. Le transmetteur génère par induction un champ magnétique qui résonne à travers le sol. Il fonctionne indépendamment de l’infrastructure de communication de la mine. « Notre objectif, c’est la sécurité, » indique Andrew Moores, chef des ventes chez Vital Alert. Placé dans un refuge ou une salle sécuritaire, l’appareil de 200 livres transmet un signal à très basse fréquence entre les opérateurs souterrains et une salle de contrôle en surface. Le CanaryLink-IS est conçu pour les mines de charbon et est actuellement en instance d’approbation par la MSHA. Moores précise que l’entreprise espère pouvoir offrir le produit d’ici huit mois. Le transmetteur pour la roche dure CanaryLink de la société, qui pèse environ 15 livres, est présentement offert. Il est déjà installé dans des mines de Sudbury à l’Amérique du Sud. Les deux produits sont compatibles avec les radios UHF/VHF et les systèmes de communication par onde de fuite existants.


Un outil pour sauver les relations à distance

Wenco International Mining Systems Ltd. crée une copie numérique de toute la surface d’un site minier pour que les clients puissent voir le site en un coup d’œil pendant que le travail se fait sur le terrain. Un ordinateur de bord résistant est intégré à chaque pièce de machinerie que le client désire tracer. Il relaie les coordonnées par connexion sans fil de la machine au système logiciel Wenco qui les reporte sur un plan virtuel de la mine du nom de MineVision. Ce système peut améliorer la sécurité des travailleurs grâce aux fonctions d’avertissement de proximité et facilite les déplacements des machines sur la mine, tout en permettant de surveiller la bonne marche des machines. Le système FleetControl automatise la répartition des machines en indiquant aux opérateurs où ils doivent se rendre selon des critères de rendement ou de qualité établis. Les opérateurs de machinerie reçoivent leurs instructions sur un moniteur intégré à leur tableau de bord, ce qui peut éliminer les délais autour des sites d’excavation et indiquer aux opérateurs de récupérer les mélanges de minerai de certaines zones de chargement spécifiques avant de se diriger vers les concasseurs, explique Glen Trainor, directeur du marketing mondial et des ventes pour l’Amérique du Nord. Les répartiteurs peuvent surpasser les directives automatisées. L’équipe de Wenco offre un service de mise en place du système et une formation continue sur place, précise Trainor, précisant que les clients lui disent que le système est facile à apprendre.

Des ordinateurs robustes

Le MOBL-D2 d’Octagon Systems est l’ordinateur mobile robuste le plus petit et le plus rentable de ce fournisseur à ce jour. Sean Fendt, ingénieur principal de la division minière de la société, explique que le boîtier de l’ordinateur ne compte aucune pièce mobile comme les disques rotatifs, les pompes de refroidissement et les ventilateurs, pour éviter toute panne provoquée par les vibrations ou les chocs répétitifs. « Il est vraiment conçu pour résister à l’environnement rude de la machinerie lourde, » résume Fendt. L’ordinateur dispose d’un bloc d’alimentation mobile, peut fonctionner à des températures ambiantes allant de -30 degrés C à 70 degrés C et n’exige que 6 à 11 W d’électricité. L’ordinateur convient à une vaste gamme d’applications : Avec son GPS intégré, la localisation est une fonction importante, tout comme l’interface de diagnostic des véhicules qui permet de faire un suivi sur l’était de fonctionnement de la machinerie. Le MOBL-D2 peut enregistrer des données, permet l’utilisation d’interfaces d’affichage pour l’utilisateur et la communication par connexion Ethernet, radio, réseau sans-fil 802.11, cellulaire et même radio satellite. « Ses applications ne se limitent que par l’imagination de ceux qui en conçoivent les logiciels, » précise Fendt.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF