déc '12/jan '13

Une RSE efficace

Stephen Quin, lauréat de la médaille Selwyn Blaylock, a les intérêts de la collectivité à cœur

Par Dan Plouffe

Stephen Quin accepte le prix des mains de Chuck Edwards, ancien président de l’ICM.


C’est le simple désir de parcourir le monde qui a mené le jeune Stephen Quin au Canada au début de sa carrière, lui a permis de participer à la découverte de plusieurs dépôts de classe mondiale, et l’a aidé à devenir un cadre respecté de l’industrie minière. Reconnu pour l’importance qu’il accorde à la responsabilité sociale des entreprises, Quin a reçu la médaille Selwyn Blaylock 2012 de l’ICM en reconnaissance de la qualité de son service au Canada par une réalisation exceptionnelle dans le domaine de l’extraction minière, de la métallurgie ou de la géologie.

Après avoir reçu son diplôme de la Royal School of Mines à Londres, Quin, né en Angleterre, a démarré sa carrière en exploration minière au Canada, mais il fut rapidement attiré par la vaste gamme de disciplines entourant la gestion de projets. Son premier emploi comme directeur de projet l’a amené au pays de Galles en 1984. En 1986, Quin revint au Canada chez Miramar Mining Corp. où pendant 18 ans, il a dirigé des projets importants comme le projet de mine d’or Hope Bay au Nunavut, dans lequel il a contribué à l’augmentation de la production de 3,4 à 10,8 millions d’onces d’or en ressources en six ans. Quin a également collaboré avec Northern Orion Explorations, une filiale de Miramar, à un partenariat avec BHP Billiton qui a mené à la découverte du dépôt géant de cuivre et d’or d’Agua Rica en Argentine.

Sa formation en géologie a beaucoup aidé Quin dans ses rôles de cadre en lui permettant d’identifier les projets à fort potentiel. « Ça donne une meilleure confiance dans les décisions que l’on prend », explique-t-il. « On peut consulter soi-même les dossiers et se faire une opinion, plutôt que de devoir se fier entièrement à l’équipe technique. »

Le projet qui fut peut-être son plus grand défi, et qui fut couronné de succès, fut le développement de la mine Minto, une exploitation de cuivre et d’or au Yukon. Lorsque la société de Quin, Sherwood Copper a fait l’acquisition du site, il était inactif depuis 30 ans. À cause d’un processus réglementaire particulièrement lourd, aucune nouvelle mine n’avait reçu de permis au Yukon depuis 10 ans et aucune n’était en exploitation quand Sherwood s’y impliqua.

Sherwood Copper connut le succès, passant de l’acquisition à la production en moins de deux ans. Pendant la croissance et de l’expansion de la mine Minto, Sherwood se joignit à la bannière Capstone Mining Corp. D’autres découvertes furent faites et l’exploitation passa au niveau actuel de presque 4000 tonnes par jour, comparativement à 1560 tonnes au départ.

Cette mine était la première du genre au Canada : elle est située sur un territoire de propriété entièrement autochtone, et le projet devait donc recevoir l’appui des Premières Nations pour continuer. Il était essentiel de faire en sorte que le projet ait un impact local positif.

Heureusement, la responsabilité sociale d’entreprise a toujours été une priorité pour Quin, qui estime que pour qu’un projet minier réussisse, il doit pouvoir agir « comme un caillou qu’on lance à l’eau, provoquant des vagues qui vont vers l’extérieur. » Autrement dit, les retombées économiques du projet doivent être partagées au niveau local d’abord, puis étendues aux collectivités plus éloignées.

Quin a encouragé la création d’entreprises et d’industries durables dans la région en offrant des contrats d’emploi directs, en aidant la Yukon Mine Training Association à organiser des formations pratiques pour les Premières Nations, en offrant des bourses et des stages d’apprentissage aux populations locales, et en accordant aux sociétés des Premières Nations la priorité d’accès aux contrats de restauration, de transport par camion et de forage notamment, tout en soutenant le développement de nouvelles capacités.

Quin a contribué bénévolement à des organisations gouvernementales et de l’industrie et a contribué au développement de nouvelles lois visant à faciliter le financement de projets et à améliorer la structure des redevances d’exploitations minières au Yukon. Il a utilisé les postes qu’il occupait pour favoriser la conclusion d’une entente qui a contribué à la renaissance de l’industrie minière dans la région. Il précise qu’un élément essentiel de cette entente consistait à accorder aux gouvernements du Yukon et des Premières Nations une plus grande part des revenus du gouvernement fédéral provenant des projets miniers réussis, en remplacement du très bas plafond prévu précédemment. Par conséquent, les gouvernements locaux purent toucher des bénéfices directs des développements miniers sur leur territoire.

Toujours en quête de nouvelles aventures et découvertes, Quin quitta Capstone en 2011 pour prendre le poste de président et chef de la direction de la Midas Gold Corp., une société d’exploration de l’or de Vancouver qui détient des actifs d’or de classe mondiale en Idaho.

Découvrez les autres prix d’excellence de l’ICM.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF