août 2012

La ruée vers l’or

-Par Fathi Habashi

L’or occupe une place particulière parmi les métaux : Il a été le premier métal à avoir été miné, il joue un rôle important dans l’économie internationale, il a causé des guerres et des vagues de migration massives et il a été à l’origine de plusieurs mythes. Pour toutes ces raisons, les prospecteurs et les aventuriers se sont rués vers de nouvelles promesses dès qu’ils ont pris connaissance de rumeurs à propos de découvertes d’or.

Les ruées vers l’or ont commencé en Californie en 1848 et se sont poursuivies en Australie en 1851. À partir de l’Australie, les chercheurs d’or se sont dirigés vers la Nouvelle-Zélande et d’autres pays. Les découvertes d’or ont provoqué des mouvements massifs des miniers en Amérique du Nord en Afrique du Sud. Par contre, en Russie impériale, lors de la découverte d’or en 1813, les autorités locales ont tenté d’éviter les troubles sociaux en raison de la peur du chaos des régions occupées par les serfs. De plus, en Australie, les autorités ont cherché à éviter qu’une importante population de prisonniers ait connaissance de la présence d’or en Nouvelle-Galles-du-Sud de peur de créer une ruée vers l’or incontrôlable dans la région. En Afrique du Sud, la découverte d’or a mené à la guerre des Boers, une guerre entre les colonisateurs néerlandais et les Britanniques entre 1899 et 1902.

Les ruées vers l’or ont été responsables du développement de l’Alaska et du Nord canadien ainsi que de la création de nouvelles villes et d’écoles minières dans des régions éloignées, où il y avait présence d’or. L’alcool, l’isolation et les luttes pour l’accès au minerai ont mené à des hauts taux d’homicides et d’autres crimes violents. Les promesses de richesse rapide ont attiré plusieurs travailleurs itinérants, la réalité ne correspondait cependant pas toujours à ce qui était souhaité. Les miniers travaillaient de longues heures dans des régions éloignées, vivaient dans des conditions misérables et payaient des prix exorbitants pour la nourriture, l’hébergement et les vêtements. Les gisements d’or qui étaient accessibles en creusant à la main ont rapidement été épuisés, il ne restait donc que les veines souterraines qui ne pouvaient être exploitées que par des entreprises prêtes à investir et qui étaient dotées d’équipement dispendieux. La plupart des miniers restants n’étaient plus des prospecteurs indépendants, mais des employés d’énormes entreprises minières. La plupart des fortunes réalisées des ruées vers l’or provenaient en fait de la vente d’approvisionnement aux miniers. Par exemple, Levi Strauss a approvisionné les miniers d’un pantalon particulier, qui est devenu le jean que nous connaissons. De plus, les magnats de la presse, comme la famille Hearst, ont fait fortune en diffusant les journaux de la région.

Ruée vers l’or de la Californie

Les premiers signes d’activité d’exploitation d’or aux États-Unis ont été en Virginie aux alentours de l’année 1804. Cette activité a continué jusqu’à la venue de la ruée vers l’or de la Californie, où s’est produit une spectaculaire migration vers l’Ouest. La production d’or de la Virginie s’est poursuive, quoique au ralenti, jusqu’à la guerre civile. Vers la fin de la guerre, les troupes ont commencé une campagne de sabotage visant à détruire les fondements économiques du Sud. Pendant cette période, plusieurs mines d’or ont été détruites, sans possibilité de réparation ou de réouverture.

Le 24 janvier 1848, James Marshall supervisait la construction d’une scierie sur la propriété de John Sutter près de Coloma, en Californie. Lors de son travail, celui-ci a découvert de l’or dans la American River. Il a ainsi conduit, involontairement, à une cascade d’événements qui ont changé à tout jamais la Californie et les États-Unis. Même si Marshall et Sutter ont tenté d’empêcher la diffusion de la découverte, la nouvelle est tout de même parvenue à San Francisco en moins de quelques mois. Entre ce moment et 1850, la population de la Californie des Américains et des Européens natifs est devenue dix fois plus grosse. San Francisco à elle seule est passée d’un village de 1 000 habitants à une ville de 35 000 habitants. La diversité des nationalités, les fluctuations des perspectives économiques et la grande proportion d’hommes de la région rendaient la vie sociale instable. Les villes et les camps miniers ont immédiatement acquis la réputation d’endroits sauvages.

Les maladies et la violence des nouveaux arrivants ont mené les populations autochtones à une quasi-disparition. Le racisme a aussi exclu les prospecteurs chinois, latino-américains et afro-américains

La ruée vers l’or a ainsi transformé la Californie en territoire le plus populeux et le plus prospère de l’Ouest. Le besoin de relier la côte Ouest et le reste des États-Unis a de plus motivé la création des chemins de fer transcontinentaux; il était impératif de combattre les derniers Amérindiens des Grandes Plaines et de coloniser les terres intérieures de l’Ouest. Finalement, la découverte d’or au Nevada, au Colorado et en Alaska a mené à d’autres déplacements massifs vers ces régions.

John Augustus Sutter (1803–1880) est né à Kandern en Allemagne. Il a été à l’école à Neuchâtel en Suisse, s’est enrôlé dans l’armée suisse et est devenu plus tard capitaine d’artillerie. Sutter était criblé de dettes, ce qui l’a contraint à un départ vers les États-Unis en 1839. Sutter a voyagé partout aux États-Unis avant d’obtenir la permission de devenir citoyen mexicain en 1840. Il s’est installé à Yerba Buena, une très petite station missionnaire qui appartenait jadis au Mexique, mais qui est devenu plus tard la ville de San Francisco.
L’année qui a suivi, il a reçu un titre de 198 kilomètres carrés de terre, où il anticipait faire une exploitation agricole d’envergure qui relevait pratiquement de l’utopie. Pendant un certain temps, la colonisation était plutôt importante et prospère, et la Californie était devenue la destination la plus populaire des immigrants. Sutter a employé des Autochtones, des Mormons et des Européens. En 1847, le territoire qui était sur un sol mexicain a finalement été annexé aux États-Unis.
Après la découverte d’or près de la scierie, des masses de gens sont passés sur les terrains de Sutter et ont pratiquement tout détrui le travail qui y avait été réalisé. Le fils de Sutter, qui avait rejoint son père en septembre 1848, a anticipé les possibilités commerciales du terrain. Il a rapidement mis au point un plan pour construire une nouvelle ville qu’il a baptisée Sacramento, en l’honneur de la rivière du même nom. 
 
 
  James W. Marshall (1810 -1885) est arrivé dans la vallée de Sacramento en juillet 1845. Il devait travailler comme charpentier pour John Sutter et a acheté un ranch afin d’élever du bétail. En 1846, il a rejoint le Bataillon californien afin d’aider le Mexique pour la reprise du contrôle de la Californie. Lorsqu’il est retourné à son ranch, il a toutefois constaté le vol de son troupeau et s’est vu obligé de vendre sa terre. Il a alors fait équipe avec John Sutter pour la construction de la scierie. Après la découverte d’or, la région a été prise d’assaut par des miniers et le projet de scierie est tombé à l’eau. Ni Sutter, ni Marshall, n’ont profité de la découverte d’or. En 1872, Marshall a reçu une pension de deux ans de la part de l’État de la Californie pour récompenser son rôle important dans l’histoire de la Californie. 

Conclusion

Les ruées vers l’or ne touchaient que l’exploitation d’or alluvionnaire, qui pouvait être recueilli par lavage à la batée, par le lavage de sable dans un crible ou, plus tard, dans une table à secousses. Une fois les gisements d’or alluvionnaire épuisés, les entreprises minières se sont approprié l’exploitation des couches souterraines, qui nécessitait un financement massif pour de l’équipement de dragage et pour atteindre les veines souterraines. Le tout nécessitait de plus des connaissances d’ingénieries importantes et des outils spécialisés.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF