août 2012

Mes neuf découvertes de MassMin 2012

Un chroniqueur du CIM Magazine partage ses principales découvertes à Sudbury

Par Peter Braul

En juin, j'ai quitté la sécurité de mon bureau de Montréal pour explorer la nature de Sudbury en Ontario. J'y ai assisté à MassMin, pour entendre s'exprimer les experts et approfondir mes connaissances en matière d'exploitation minière à grande échelle. Des défis d'ingénierie aux énigmes des RH, j'ai découvert les problèmes et les solutions émergentes à mesure que les entreprises minières s'intéressent à des gisements souterrains plus vastes de qualité inférieure. Voici quelques unes des leçons apprises :


1 Le géant de l'exploitation de surface creuse en profondeur pour développer les activités Au cours de la conférence plénière d'Allan Moss, j'ai appris que Rio Tinto prévoyait d'obtenir 43 % de sa production de cuivre de ses mines souterraines d'ici 2021. Depuis le début de ses activités à Oyu Tolgoi, carrière ouverte combinée à une mine souterraine d'or, de cuivre et de minerais en Mongolie, l'entreprise a mis en place un centre de technologie souterraine avec le Centre d'excellence en innovation minière. La présentation de M. Moss m'a permis de comprendre à quel point l'exploitation minière à grande échelle présente un changement pour le secteur.

2 L'agencement d'El Teniente copié dans le monde entier L'un des deux agencements considérés pour les niveaux d'extraction des mines souterraines contemporaines par blocs foudroyés a été utilisé pour la première fois dans la mine El Teniente de Codelco. El Teniente et l'autre style le plus courant, en chevrons, présentent tous deux des avantages et des inconvénients. L'agencement El Teniente est préférable pour les mines ayant une vaste empreinte, mais n'est pas recommandé pour l'utilisation de chargeurs électriques. Certaines mines peuvent passer d'un style à l'autre, en fonction de leurs processus miniers. Puisque l'agencement El Teniente est particulièrement adapté aux carrières plus vastes, il est de plus en plus populaire.

3 Les archives de structures de mine à grande échelle sont précieuses Seuls dix projets d'exploitation minière à grande échelle environ sont en activité dans le monde, mais près de 40 sont en développement. Les ingénieurs ne disposent que de quelques exemples en activité pour concevoir de nouveaux projets. Comme l'a souligné Jarek Jakubec de SRK Consulting au cours de son discours sur l'exploitation minière souterraine inclinée, il n'est pas économique d'exploiter certains gisements de minerais avec les structures couramment utilisées, mais d'autres options existent. Bien qu'il n'existe pas de mines souterraines inclinées en exploitation actuellement, des projets datant des 20 dernières années peuvent servir de modèles.

4 De plus grandes mines impliquent de plus grands investissements Les mines à grande échelle d'aujourd'hui permettent d'extraire du minerai de qualité inférieure et doivent donc être gigantesques pour être profitables. J'ai appris en discutant avec des consultants d'AMC Mining que les mines à grande échelle peuvent comprendre plus de 2 000 points de soutirage sur toute leur étendue, la construction de chacun coûtant environ 500 000 $. Puisque les points de soutirage doivent être établis avant la génération de tout revenu, obtenir un investissement suffisant pour construire les mines est plus difficile que jamais.

5 Des besoins gigantesques en transport simplifiés par des modèles informatiques Transporter le personnel dans une mine à grande échelle est un immense défi. Dans la mine souterraine Grasberg de Freeport McMoRan, 4 000 mineurs se trouveront simultanément sous terre. Selon Chuck Brannon, responsable de la planification de l'exploitation minière souterraine de Freeport McMoRan, déplacer des milliers de gens, ainsi que plusieurs centaines de milliers de tonnes de roches, chaque jour, nécessite une planification à grande échelle à long terme. Des modèles informatiques peuvent prédire où peuvent se développer des étranglements à chaque étape du développement.

6 L'omission de signalement d'accidents augmente les risques Selon le discours d'Iain Ross sur les principaux dangers de l'exploitation minière par bloc foudroyé, tous les ingénieurs semblaient d'accord : le nombre signalé d'incidents très dangereux (tels que des coups de charge) est bien inférieur au nombre réel observé sur le terrain. Si les ingénieurs ne disposent pas de statistiques exactes provenant des activités d'exploitation, il devient difficile de tirer les leçons des erreurs et la prolifération de techniques risquées peut devenir la norme. Cela représente un risque important, étant donné le très petit nombre de mines à grande échelle en exploitation d'où il est possible de tirer des informations.

7 L'« usine de minerais », de nouvelles technologies peuvent améliorer l'efficacité de 600 % Jens Steinberg de Caterpillar explique que les gains potentiels en efficacité des mines souterraines continues sont de l'ordre de 500 à 600 %. Pour atteindre cette cible, Caterpillar a mis en place le projet minier continu Block Cave Mine 2020 à Bucyrus. Le système sera entièrement automatisé et fera appel à un mineur continu, ou machine de creusement de galerie, dans le sous-cavage. L'entreprise propose de pousser automatiquement le minerai sur un système interconnecté de convoyeurs. Des capteurs permettraient de détecter l'espace disponible sur le convoyeur, fournissant ainsi continuellement du minerai en minimisant les interventions humaines.

8 Demandez des conseils aux fournisseurs d'équipement, ils ont l'expérience du terrain Les connaissances des gens de Sandvik et d'autres fournisseurs d'équipement m'ont impressionnées. Lors de la session-déjeuner, il s'est avéré qu'impliquer les personnes familières avec l'équipement dès la première phase d'un projet peut faciliter la construction et l'exploitation. Bon nombre des fabricants d'équipement disposent d'équipes d'ingénierie qualifiées qui ont déjà rencontré et peuvent prédire les problèmes auxquels peuvent faire face les nouvelles exploitations minières.

9 Moins peut signifier plus dans le domaine de la simulation Avoir recours à une simulation en 3D a ses avantages, mais cela peut être parfois trop compliqué, trop lent et trop coûteux. Troy Newman a expliqué comment Rio Tinto s'est servi d'outils de simulation en 2D d'Arena pour l'étude de faisabilité du projet Oyu Tolgoi. L'efficacité des outils 2D a impressionné Patricia Rojas de Vale. Finalement, l'outil le plus adapté est celui qui fait le mieux le travail.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF