mars/avril 2011

Perspectives de croissance reposant sur l'héritage du minerai de fer

Par Correy Baldwin

LIM prévoit entamer ses opérations en avril |Courtoisie de Labrador Iron Mines

Le projet concerne la fosse du Labrador riche en fer qui s’étend de l’ouest du Labrador jusqu’au nord-est du Québec. La fosse du Labrador a longtemps été le siège de l’exploitation du fer au Canada et constitue l’une des principales régions productrices de minerai de fer dans le monde. « Le meilleur endroit pour dénicher une nouvelle mine est près d’une ancienne mine », de dire John Kearney, président et directeur général de Labrador Iron Mines (LIM). Dans l’esprit d’une telle stratégie, LIM développe actuellement le projet de Schefferville, une région exploitée par la Compagnie minière IOC depuis plus de 25 ans.

La Compagnie minière IOC est arrivée dans la région en 1950 et dans les quatre années qui ont suivi, a mis sur pied l’un des plus importants projets de construction civile dans l’histoire canadienne. IOC a développé un site minier et la ville de société de Schefferville, et a construit le terminal d’expédition de Sept-Îles sur le golfe du Saint-Laurent et une voie ferrée de 565 km reliant les deux sites.

« Il n’y avait absolument rien là-bas avant l’arrivée de la Compagnie minière IOC. Pas de ville, même pas de site », explique M. Kearney. « Ils ont tout construit – des routes à la voie ferrée, la centrale électrique, l’aéroport, l’hôpital, les écoles et le gymnase – vraiment tout. »

Toutefois, en 1982, c’est la fin de l’exploitation minière à Schefferville. IOC cesse ses opérations, laissant derrière elle l’infrastructure ainsi que 250 millions de tonnes de ressources exploitables.

Quand M. Kearney prend connaissance des projets en 2004, il y voit une occasion à saisir. « J’ai été attiré par ce site minier historique qui regorgeait toujours de ressources et qui disposait d’une infrastructure non exploitée », explique John Kearney.

À ce moment-là, M. Kearney agissait à titre de président de la compagnie britannique Anglesey Mining. Après avoir procédé à une exploration initiale ainsi qu’à des programmes de forage et d’échantillonnage en 2005 et 2006, Anglesey a mis sur pied Labrador Iron Mines (LIM), laquelle a acquis un droit de 100 pour cent sur le projet dans le cadre d’une offre initiale d’actions en 2007.

Poursuivre sur des assises solides

LIM prévoit entamer ses opérations en avril et dans le cadre de cette année initiale de production, la société entend exploiter environ 2 millions de tonnes de minerai de fer. Dans les années subséquentes, on peut s’attendre à une hausse atteignant environ 4 millions de tonnes, puis 6 millions de tonnes par année.

La société a procédé à un programme d’exploration d’envergure en 2008 et 2009, avec un forage de 5 364 mètres et des fouilles en tranchées sur 2 459 mètres, haussant ainsi les ressources historiques sur la propriété de 150 millions de tonnes et assurant à ce jour la conformité d’environ un cinquième de la propriété (conforme à l’instrument national 43-101). LIM a également effectué une analyse de base sur l’environnement, ainsi que des études sur la voie ferrée et l’usage du port d’expédition.

L’étude d’impact environnemental et le processus d’émission de permis relatifs à la mine pour les gisements de James et de Redmond (de première étape) se sont effectués dans un délai de deux ans. « Une évolution du dossier assez remarquable », mentionne Donna Yoshimatsu, vice-présidente et chef des relations avec les investisseurs pour LIM. « Des permis pour les phases et les stades à venir seront demandés en temps opportun et les rapports de conformité à l’IN 43-101 seront préparés de façon successive. »

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF