février 2011

Mot du président

L’innovation représente une activité sociale

Par Chris Twigge-Molecy


L’innovation, soit le thème de ce numéro, est un terme utilisé à outrance et un processus souvent mal compris.

Dans un contexte d’affaires, il s’agit du processus visant à transformer une idée ou une situation en une proposition productive et rentable.

L’innovation ne se définit pas par une quantité de brevets ni par du financement universitaire, bien que ces éléments constituent des apports importants. Il s’agit en fait de faire avancer un concept par des essais et des études, puis de progresser jusqu’à l’étape des démonstrations et finalement, à l’acceptation du produit par le marché. Si un tel processus ne s’avère pas profitable et fructueux, il ne s’agit pas d’innovation.

Comme les travaux d’exploration, le processus de développement nécessite souvent des capitaux importants sans qu’un rendement sur le capital investi ne soit enregistré pendant de très longues périodes. À la lumière de ces observations, je suggère qu’un concept de partage et de transfert serait nécessaire pour encourager l’innovation, comme un tel concept a été si favorable pour les explorateurs débutants.

Comme l’a récemment écrit Élizabeth Hunt, présidente de l’Université de Calgary, dans le Globe and Mail : « Nous devons nous assurer que nos industries primaires sont non seulement novatrices, mais aussi perçues par les Canadiens comme des moteurs de l’innovation. »

Plusieurs initiatives en œuvre à l’heure actuelle méritent d’être mentionnées. L’engagement pris par Rio Tinto visant à établir un centre pour la construction de mines souterraines au Centre for Excellence in Mining Innovation (CEMI) à Sudbury représente un gage important d’appui de notre expertise reconnue à l’échelle mondiale. La création d’un grand consortium pour la recherche en gestion des résidus du sable bitumineux constitue un autre événement important. Alors qu’elles avaient par le passé partagé un minimum de renseignements liés à la recherche et à l’exploitation, sept usines d’exploitation de sables bitumineux ont convenu de mettre en commun leurs connaissances et leur expertise pour accélérer davantage le développement des techniques de valorisation des résidus. Un autre fait intéressant demeure l’engagement par le CEMI et l’ICM à créer un guide accessible en ligne de conception des mines basé sur les principes de libre accès d’un « wiki », une façon novatrice de combler une lacune dans le domaine en évolution rapide de la conception minière. Les lecteurs peuvent en apprendre davantage sur ces trois initiatives dans ce numéro.

L’innovation émerge dans des environnements culturels qui la favorisent et elle expose les praticiens à une vaste panoplie d’idées. Dans une telle optique, j’invite tous les membres à introduire à l’ICM plus de collègues œuvrant dans des disciplines « non traditionnelles », telles que l’environnement, la mécanique, l’électricité, le génie civil ainsi que dans des domaines sociaux et financiers. Ils alimenteront inévitablement la discussion avec différentes perspectives et par conséquent, des idées novatrices jailliront.

Chris Twigge-Molecy, CIM President

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF