août 2011

Une nouvelle ère plus propre dans un ancien district

Une nouvelle ère plus propre dans un ancien district

Quand Alexco Resource Corp. a commencé la production commerciale à sa mine d’argent Bellekeno le Jour de l’An 2011, elle remettait aussi en production l’ancien district argentifère de Keno Hill après plus de 20 ans d’inactivité.

Historiquement, Keno Hill est l’une des plus vastes régions productrices d’argent au Canada. L’essor de la région, située à 330 km au nord de Whitehorse, au Yukon, remonte aux années 1920. Entre 1921 et 1988, elle a produit plus de 217 millions d’onces (6 150 tonnes) d’argent. Cependant, en 1989, la baisse des prix de l’argent a entraîné la mise sous séquestre de United Keno Hill Mines, seule propriétaire du district.

« Les actifs de Keno Hill ont été abandonnés à la fin des années 1980 », explique le chef de la direction d’Alexco, Clynt Nauman. « La propriété est retombée sous la garde du gouvernement du Canada pour la protection et l’entretien de l’environnement, situation qui s’est poursuivie jusqu’au début de l’an 2000. » Finalement, le gouvernement a mis les actifs du district en vente en 2005 et, en 2006, Alexco a été retenue comme acheteur préféré.

L’ensemble de terrains d’une superficie de 243 kilomètres carrés comprend 35 anciennes zones minières. L’une d’entre elles est la mine Bellekeno située à 2 km de Keno City et à 15 km de l’emplacement de l’ancienne ville d’Elsa, qui fut le centre des activités à l’époque où Keno Hill était pleinement exploitée.

L’héritage environmental

Sept décennies d’exploitation minière ont laissé derrière elles de nombreuses infrastructures. « Keno Hill est accessible par des routes praticables en tout temps dont l’entretien est assuré par le gouvernement », souligne Clynt Nauman. « Nous sommes branchés au réseau électrique, ce qui est capital pour nous. Dans certains cas, nous pouvons utiliser les anciens ouvrages souterrains laissés en place. »

Mais Alexco a acquis plus que la propriété Keno Hill et ses infrastructures. Cette acquisition comprenait aussi un passif environnemental d’un siècle. Et l’une des principales conditions de la vente était qu’Alexco nettoie le site et le remette en état.

Bien sûr, la réputation d’Alexco en matière de restauration minière a constitué un atout majeur de son offre d’acquisition de la propriété. La société a été créée à la fois pour mener des activités d’exploration dans le secteur des métaux précieux et pour fournir des services de gestion environnementale.

Avant de prendre les rênes d’Alexco, Clynt Nauman a dirigé Viceroy Minerals avec Brad Thrall, qui est maintenant chef de l’exploitation à Alexco. Viceroy concentrait ses activités sur la restauration des sites miniers et la décontamination de l’eau et a remporté à deux reprises le prix Robert E. Leckie pour l’excellence des travaux de remise en état de sites miniers décerné par le gouvernement du Yukon pour le travail accompli à la mine d’or Brewery Creek, à 100 km au nord de Keno Hill.

« Nous avions toutes les compétences recherchées par le Canada », déclare Clynt Nauman à propos de l’acquisition de Keno Hill. « Nous avons restauré des sites miniers; nous l’avons fait dans le Nord et nous avons reçu des prix pour ce travail. En outre, nous avons compris comment concilier la protection de l’environnement, la mise en valeur d’une nouvelle mine et sa mise en production. »

Brad Thrall explique les défis à relever : « Nous avons un large éventail de questions à régler : le traitement des eaux souterraines de la mine, les anciens stériles, les terrils et le site de l’ancienne ville d’Elsa sur lequel se trouvent de vieilles constructions, ainsi que les risques pour la sécurité et la santé humaine. L’une des difficultés est non seulement la taille de ce district, mais aussi la diversité des enjeux techniques à envisager pendant le processus de planification de la fermeture du district. »

La présence de zinc dans l’eau est la question la plus préoccupante, selon Brad Thrall. Un certain nombre d’anciennes mines souterraines ont été inondées et déversent de l’eau dans l’environnement. Alexco récupère les eaux toxiques et les traite pour en enlever le zinc afin qu’elles soient non toxiques avant d’atteindre le milieu récepteur. Les installations de traitement de l’eau ont été modernisées et il y a maintenant quatre stations d’épuration sur le site.

Il y a également les anciens stériles à traiter. Les anciennes pratiques consistaient à rejeter les stériles sous forme de boues directement dans l’environnement, souvent avec peu de dispositifs de confinement.

« L’incidence des activités, l’empreinte des opérations est beaucoup moins importante aujourd’hui », déclare Clynt Nauman, si on compare Bellekeno aux pratiques plus anciennes. Aujourd’hui, les stériles de Bellekeno sont sans danger pour l’environnement.

« L’une des caractéristiques uniques du concept utilisé à Keno Hill porte sur l’environnement », explique Brad Thrall. « En fait, nous filtrons et nous asséchons nos stériles avant de les entreposer dans l’environnement sur un site de stockage en structures artificielles. »

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF