février 2010

Géothermie: Énergie gratuite dans notre sous-soi

Par P. Laroche

De gauche à droite: Michel Leroux, trésorier de la section, Normand Boutet, vice-président de la section, conférencier Jasmin Raymond, François Jacques, président de la section


Le 4 novembre dernier la section de Thetford Mines de l’ICM recevait monsieur Jasmin Raymond au Club Le Relais de Thetford Mines. C’est devant un auditoire d’une trentaine de personnes que Monsieur Raymond, un géologue diplômé en hydrogéologie de l’Université Laval de Québec, est venu décrire le potentiel géothermique du secteur minier au Québec.

L’exploitation de l’énergie géothermique de basse température sur les sites miniers actifs ou fermés apparaît particulièrement rentable et gagne en popularité. De récentes études ont démontré qu’il est possible de chauffer et de climatiser des bâtiments avec des systèmes de pompes à chaleur géothermiques utilisant avantageusement l’eau inondant les mines à ciel ouvert et souterraines ainsi que les aires d’accumulation de déchets miniers.

Le principe, en soi, est très simple. Il s’agit de capter l’eau de surface ou souterraine pour extraire ou absorber de l’énergie thermique à l’aide d’échangeurs et ensuite retourner l’eau à sa source. Les coûts d’installation sont par contre élevés et le retour sur investissement peut être long. Les études que mène Monsieur Raymond avec les professeurs René Therrien et Louis Gosselin de l’Université Laval visent à réduire les coûts des installations géothermiques. Pour ce faire trois axes de recherches sont privilégiés : caractériser les environnements géologiques favorables; améliorer les méthodes de conception des systèmes; développer de nouveaux produits. L’environnement minier est particulièrement attrayant puisqu’on y retrouve de nombreuses ressources facilement accessibles.

Un des trois projets présentés est celui à Murdochville en Gaspésie où il y a un potentiel géothermique de 765 kW pouvant être exploité en pompant l’eau inondant les mines à 2940 litres par minute sans refroidir le système. À un coût prévu d’environ 750 000 $, le système énergétique de quartier de Murdochville offrira des économies annuelles à 2 500 000 kW-heure pour chauffer des bâtiments couvrant une surface de 14 300 mètres carrés. Une réduction de la facture de chauffage de 175 000 $ par année est anticipée avec un tel système et cela sans aucune émission de gaz à effet de serre.

Compte tenu qu’il existe au Québec 165 mines inactives, 146 bassins de rétention d’eau et 555 piles de déchets miniers, le potentiel géothermique est énorme. Il serait donc possible de faire bénéficier la communauté des ressources géothermiques autrement inutilisées.

Pierre Laroche est l’ancien-président de la section de Thetford Mines de l’ICM.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF