novembre 2009

La cooperation constitue la clé

Le projet Nickel Rim South de Xstrata presque prêt

Par D. Zlotnikov

La mine Nickel Rim South, située à neuf kilomètres au nord de Sudbury devrait fournir Xstrata en minerai de fer de haute teneur pour une période d’au moins 15 ans.


La décision d’utiliser une approche EPCM a grandement contribué au succès du projet Nickel Rim South; ce projet devancera l’échéancier, coûtera moins que prévu au budget et, encore plus important, sera construit de manière sécuritaire.

Détenant plus de 80 mines et usines de transformation actives dans cinq continents, Xstrata ne manque pas d’expérience pour démarrer de nouvelles mines. Cependant, chaque nouvelle mine comporte ses propres défis uniques. Maintenant qu’elle est presque prête, jetons un coup d’œil sur la mine Nickel Rim South à Sudbury.

Selon le International Nickel Study Group, l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ont ensemble produit plus de 312 900 tonnes de nickel en 2008. En 2009, Nickel Rim South a déjà contribué 8 640 tonnes. L’impact de la mine augmentera de manière significative lorsqu’elle commencera sa production commerciale. En 2011, une fois que l’extraction aura atteint la cible de 1,39 Mt/a, Nickel Rim South produira 20 800 tonnes de nickel, soit environ 6,5 % de la production totale des Amériques.

Le gisement, situé au nord de Sudbury, a été découvert en 2001 à des profondeurs entre 1 100 et 1 800 mètres. Il contient 18,2 Mt de réserves prouvées et probables à une teneur de 1,5 % Ni, 2,7 % Cu et 4,1 g/t de métaux du groupe du platine.

Au cours de 2002, Xstrata Nickel a effectué une campagne de forage au diamant pour délimiter la ressource. L’étude de pré-faisabilité et une étude complète de faisabilité ont suivi. En s’appuyant sur les résultats de ces travaux, la compagnie a décidé de commencer à construire en mars 2004.

Rick Collins, le directeur du projet minier, s’est joint à Xstrata en mai 2003. « Une nouvelle mine souterraine doit franchir des phases passablement distinctes », dit-il. « La préparation au fonçage du puits et toute l’infrastructure reliée, treuils, chevalet, services électriques et autres, prend environ un an. »

« Nous avons deux puits : un puits de production dont le diamètre est de 7,6 m et qui descend à 1 735 m et un autre de ventilation/sortie de secours dont le diamètre est de 6,1 m; ce dernier descend à 1 665 m », poursuit M. Collins. « Cette étape est maintenant terminée après deux ans et demi. »

« La santé et la sécurité dans le domaine de la construction lourde et du fonçage de puits pose toujours des défis. Si vous me demandiez le facteur dont je suis le plus fier, je vous dirais que c’est d’avoir foncé deux puits sans incident avec perte de temps. Je crois que c’est une première dans l’industrie », explique M. Collins. Il ajoute que le développement et la construction se poursuivent depuis cinq ans, avec plus de 5,6 millions d’heures travaillées sans un seul incident avec perte de temps.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF