mai 2009

Occasions en or

La mine Lac Herbin, propriété de la Corporation minière Alexis, est entrée en pleine production à la fin de l’an dernier

Par P. Diekmeyer

Chargement du minerai à l’usine de la mine Lac Herbin


Une vérité commerciale qui va de soi, même pour l’industrie minière, est qu’il faut gagner sa réputation. Pendant que les prix de l’or croissants amplifient la capitalisation du marché boursier des plus grandes compagnies, les plus petites doivent travailler plus fort pour se faire remarquer. Une telle compagnie est la Corporation minière Alexis, dont la mine Lac Herbin, située dans la région de Val-d’Or, est entrée en pleine production à la fin de l’an dernier.

Selon David Rigg, président et directeur général, la stratégie de la Corporation minière Alexis est de se servir des flux de trésorerie générés par la mine Lac Herbin et les réserves de Lac Pelletier, laquelle mine devrait entrer en production cette année, pour financer une compagnie de premier plan en recherche, développement et exploitation. « Ces gisements sont substantiels, ils peuvent signifier la réussite de la compagnie », dit M. Rigg. Il ne badine pas, on découvre de l’or à la mine Lac Herbin plus rapidement qu’on ne l’extrait. À la fin de 2008, les ressources mesurées et indiquées étaient de 856 300 tonnes métriques, à une teneur moyenne de 7,5 g Au/t. Cela signifie que le gisement contient 206 600 onces d’or, soit une durée de vie de cinq ans au taux de production planifiée de 40 000 onces par année.

Val-d’Or : un district minier actif depuis longtemps

La région de Val-d’Or est un district minier actif depuis les années 1930 alors que la mine Lamaque entrait en production. Depuis ce temps, et avec l’aide du gouvernement du Québec, la région a constamment attiré des investisseurs.

Selon le Fraser Institute, le Québec est la meilleure place au monde pour explorer, développer, extraire et traiter. Les délais pour obtenir les permis et les autorisations requises sont tout à fait dans les normes internationales. De plus, même si les généreux crédits d’impôt offerts par le gouvernement provincial ont diminué depuis qu’Alexis est devenu une compagnie minière productrice, ils ont contribué à attirer la compagnie dans la province.

Selon Patrick Sévigny, directeur de la mine Lac Herbin, la région de Val-d’Or offre des avantages bien au-delà des ressources disponibles. M. Sévigny vient de Val-d’Or et se compte chanceux de poursuivre sa carrière dans la ville natale. « De nombreux fournisseurs supportent l’industrie », dit-il en pointant aux immeubles portant leurs noms : Komatsu, Hewitt. « Et même Molson », ajoute-t-il avec un sourire. « La ville comporte aussi une trentaine d’entrepreneurs en forage et autres services miniers, ce qui aide beaucoup. »

On savait depuis longtemps que la région contenait des gisements d’or. Deux anciennes mines, les mines Dumont et Ferdeber, avaient déjà été exploitées à proximité. Mais ce n’est qu’en 2003 — l’année où M. Rigg s’y est joint – que la compagnie a acquis de nombreux terrains, soit une superficie de plus de 1 000 km2.

La firme Golder et Associés a terminé une étude de faisabilité du projet Lac Herbin vers le milieu de 2007. L’étude, qui ciblait les ressources minérales mesurées et indiquées compilées auparavant par InnovExplo, concluait que le gisement était rentable à exploiter au prix de l’or alors en vigueur. Le projet du gisement aurifère Lac Pelletier, aussi propriété de la Corporation minière Alexis, était également rentable et pourrait donner des résultats semblables à ceux obtenus pour le projet Lac Herbin.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF