juin/juillet 2009

De plus en plus gros

Taseko Mines intensifie l’expansion de son projet Gibraltar en respectant l’échéancier et le budget

Par D. Zlotnikov

Bien que les exploitants miniers n’aient pas eu la vie facile au cours des dernières années, c’était doublement difficile pour ceux qui voulaient agrandir leurs propriétés. La hausse des prix avait créé de longs délais dans la chaîne d’approvisionnement et fait grimper tous les coûts, des équipements de protection jusqu’aux gros équipements. Ensuite, juste comme les fournisseurs commençaient à rattraper la demande, l’économie mondiale a fait une volte-face. Les exploitants se demandaient alors comment payer les plus récents investissements.

La compagnie Taseko Mines est cependant à compléter une grande expansion du projet Gibraltar, une mine de cuivre-molybdène à ciel ouvert située en Colombie-Britannique. Plus important encore, selon le président-directeur général Russell Hallbauer, la première phase de l’expansion a été complétée à temps et en respectant le budget et il devrait en être de même pour la seconde phase.

Selon M. Hallbauer, le succès de Taseko à compléter l’expansion est de l’avoir effectuée au bon moment : l’expansion a commencé au tout début de la hausse des prix. Lorsque les pénuries d’approvisionnements se sont véritablement fait sentir, les contrats avaient déjà été accordés. La bonne fortune a été aidée par une action rapide. En mars 2006, lorsque les dirigeants de la compagnie ont vu la montée des prix du cuivre, ils ont fait approuver les plans d’expansion et se sont mis à l’œuvre.

À la fin de mai de la même année, Taseko avait accordé le contrat de construction d’une installation de broyage semi-autogène. L’installation de 24 pieds serait plus efficace que l’ancien broyeur à barres et à boulets et permettrait à Gibraltar de presque doubler sa capacité de broyage, accompagné d’une augmentation correspondante en récupération de cuivre. « Avec un bon minerai, le moulin pourra traiter jusqu’à 60 000 tonnes par jour », dit M. Hallbauer.

Abaisser le coût des opérations

La prochaine étape de la modernisation consistait à remplacer les 96 cellules de flottation, datant des années 1970, par 10 cellules Outotec de 150 m3, permettant d’abaisser encore plus les coûts d’exploitation. Le nombre moindre de cellules entraîne aussi moins de pompes et moins de maintenance.

Le remplacement constituait en lui-même tout un défi d’ingénierie car la production continuait tout au cours de l’expansion. « C’est un peu comme renouveler la cuisine d’une maison pendant que la famille continue à utiliser le réfrigérateur et à cuisiner les repas », dit M. Hallbauer.

Avec un coût de 76 millions de dollars pour le concentrateur, Taseko était bien motivé pour prolonger la vie de la mine. La compagnie a entrepris deux vastes programmes de forage en 2007; les résultats ont été très prometteurs, augmentant les réserves de 149 à 200 millions de tonnes, puis à 500 millions de tonnes. Selon M. Hallbauer, la durée de vie de la mine est de 25 ans, basé sur une capacité de traitement de 55 000 tonnes par jour.

À la fin de la première phase et de bons prix pour le cuivre, la compagnie a aussi décidé de renouveler les véhicules de surface. « Les vieux équipements partiront éventuellement », dit Hallbauer. « Notre minerai est à faible teneur, nous devons nous assurer que nous sommes dans le bas de la courbe des coûts et la seule façon de ce faire est d’avoir des équipements modernes. Les coûts moindres d’exploitation se traduiront aussi par un retour immédiat sur l’investissement. »

La Phase III en attente

La première phase d’expansion et les mises à jour des équipements ont coûté 250 millions de dollars. La Phase III, d’un coût de 350 millions de dollars, aurait augmenté la capacité de la mine à 85 000 tonnes par jour et ajouté un nouveau circuit de récupération du molybdène. Cette phase avait été approuvée l’an dernier; un communiqué daté du 13 mai 2008 annonçait que seulement 30 pour cent des coûts aurait été financé par les marchés de la dette.

« Cependant ces estimés étaient basés sur un prix du cuivre de 3 $/lb », explique M. Hallbauer. « Lorsque le prix du cuivre a chuté à 1,70 $, puis à 1,20 $, nous n’avions plus accès aux marchés du crédit. Il était devenu difficile non seulement de continuer nos projets d’immobilisations mais aussi de s’assurer de payer nos dépenses et nos fournisseurs. »

Les deux premières phases de construction ont été effectuées par des employés de Taseko. La compagnie a augmenté le nombre de ses employés de 330 à 470 à la mine Gibraltar. « Nous étions à former des gens lorsque la structure des coûts nous a dépassés. Avec la chute du prix du cuivre, nous n’avions plus les liquidités pour poursuivre nos projets d’expansion et nous avons dû effectuer des mises à pied.

M. Hallbauer n’écarte pas la possibilité de revoir les plans d’expansion dans le futur; mais il dit que la compagnie devra voir des preuves d’un prix élevé soutenu pour le cuivre. Dans le moment, les marchés ne semblent pas prêts à cela et Taseko cible plutôt l’optimisation des installations existantes afin d’avoir un rendement maximum.

En ce qui concerne de nouvelles expansions, M. Hallbauer ajoute que Taseko regarde du côté de sa propriété minière cuivre-or Prosperity. Actuellement en attente des permis environnementaux, Prosperity pourrait commencer la construction au printemps 2010. Taseko recherche actuellement des partenaires pour aider à financer le projet, lequel promet de devenir l’une des plus grosses mines d’or au Canada.

« Les gens ne réalisent pas que la mine Gibraltar est la plus grosse mine de cuivre au Canada, avec les réserves les plus durables de toutes les mines à ciel ouvert au pays », signale M. Hallbauer. « Notre production totale de métal n’est pas extraordinaire parce que notre teneur d’alimentation est plus basse que celle de nombreuses autres mines. Cependant, notre structure physique, soit un débit de 55 000 tonnes par jour au concentrateur, fait que nous sommes une grosse mine. »

« Gros » semble être le mot d’ordre de la compagnie Taseko.

Visitez www.tasekomines.com

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF