déc '09/jan '10

Projet Malarctic

Par F. Jacques

C’est en octobre dernier devant une soixantaine de participants à une conférence de la section Thetford Mines de l’ICM que Monsieur Bryan Coates, vice-président et chef de la direction financière de Corporation Minière Osisko, est venu décrire le méga projet aurifère Malartic, qui deviendra le plus gros producteur d’or au Canada après sa mise en opération en 2011.

Un investissement d’environ 1 milliard $ sera requis dont 330 millions $ ont déjà été dépensés en exploration et développement. Plus de 600 000 mètres de forage au diamant ont été effectués sur ce dépôt minéral situé en bonne partie sous la ville de Malartic. Les réserves prouvées et probables de 6.3 millions d’onces d’or et 2 millions d’onces indiquées vont permettre une production en continu sur une quinzaine d’années au rythme de 500 000 à 650 000 onces par année. Le nombre d’employés requis durant la construction est d’environ 800 et 465 employés permanents qui travailleront durant la production.

Des camions d’une capacité de 240 tonnes chacun transporteront le roc jusqu’à la structure de cette mine à ciel ouvert, une première en Abitibi où toutes les autres mines sont souterraines et à tonnage plus modeste.

Ce changement historique a posé certains défis au niveau de l’acceptabilité sociale. Osisko a quand même réalisé une étude d’impact environnemental et traversé avec succès les audiences du BAPE (Bureau d’audiences publiques en environnement). Osisko a obtenu son permis en août dernier. La relocalisation de 140 résidences et la reconstruction de 6 édifices communautaires (écoles, garderies, CHSLD, etc.), a posé certains défis en voie de réalisation. Le respect des citoyens et de la communauté est la clef du succès d’une telle opération qui nécessite des déboursés de près de 60 millions $ mais qui résultera en une équation gagnant-gagnant.

François Jacques est président de la section Thetford Mines de l’ICM.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF