août 2009

Tirer le meilleur des ressources humaines et des ressources minières

Les consultants et les spécialistes ont l’expertise nécessaire pour le faire

Par R. Bergen

Sarah Tautuaqjik (aide d'entretien) et Chesley Keeping de Tli Cho Logistics à la mine Snap Lake de De Beers Canada | Photo courtoisie de De Beers Canada


Les minéraux et les métaux cachés sous les morts-terrains peuvent rendre des endroits éloignés attrayants. Cependant, ce qui compte véritablement c’est l’énergie et les connaissances des experts qui développent ces ressources. Ces « héros méconnus » de l’industrie – les entrepreneurs et les consultants, les chercheurs et les fournisseurs de services – n’ont pas de mine qui porte leur nom, mais leur identité et leur caractère font partie intégrante des exploitations à travers le monde.

Chaque exploitation comporte des valeurs à exploiter mais aussi des potentiels cachés qui ne demandent qu’à être harnachés. Dès les premières études, en passant par la construction et le développement de la mine et de l’usine, jusqu’à la fermeture et à la réhabilitation, il est possible d’apprendre de nouvelles choses et d’utiliser de nouveaux outils.

« Il y a une dizaine d’années, nous avons analysé l’utilisation des pneus sur les équipements de terrassement », dit Michael Reich, directeur de la formation chez Michelin. « À l’examen des pneus déchets, nous avons trouvé qu’il pouvait rester une bonne partie de la semelle, peu importe la marque. » Michelin a donc réuni des exploitants, des détaillants et des représentants de la compagnie pour trouver des façons de tirer plus de valeur du produit. L’effet a été le plus ressenti lorsque les réserves de pneus ont commencé à diminuer. « Au cours des dernières années, les usagers sont devenus plus réceptifs aux changements, ce qui a permis dans certains cas de doubler la durée de vie des pneus. »

« Nous avons retenu de la réunion que la tâche des gens n’est pas de soigner des pneus, c’est de déplacer du matériel. Nous avons donc développé un plan avec chaque client pour améliorer le rendement de ses pneus; six mois plus tard, un représentant effectuait un suivi. » Aucun projet ne peut démarrer sans une solide infrastructure organisationnelle et des relations de travail bien définies.

« Si nous embauchons un entrepreneur, il est absolument essentiel qu’il se conforme à nos exigences environnementales, de sécurité et de bien-être de notre main-d’oeuvre », explique Ingrid Hann, vice-présidente des ressources humaines, De Beers Canada.

Selon Greg Oryall, vice-président du développement des entreprises et des stratégies, AMEC : « Il faut une délimitation très claire des responsabilités afin que des points importants, comme la sécurité, ne passent entre les mailles du filet. »

Selon Greg Fauquier, directeur général du traitement des minéraux et des métaux pour le Groupe Hatch, chaque engagement avec un client devrait porter fruit. Ce groupe gère l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction d’exploitations minières à travers le monde. « Nous avons notre propre programme interne de santé et sécurité qui, dans certains cas, peut être plus exigeant que celui de notre client. »

Le mantra de « valeur ajoutée » des consultants est souvent confronté à celui de « couper les coûts » de l’industrie. Selon Mme Hann, le ralentissement économique peut présenter des possibilités de collaboration. « Vous pouvez peut-être prendre le temps de vous assurer que vos processus se déroulent correctement. C’est le temps de régler les contraintes et de faire les travaux de restructuration pour lesquels vous manquiez de temps lorsque vous travailliez à plein régime. »

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF