août 2009

L’expansion de la mine LaRonde d’Agnico-Eagle

Par P. Diekmeyer

Puits borgne de la mine LaRonde


La compagnie Agnico-Eagle a obtenu une propriété « gagnante » lorsqu’elle a acquis la mine Dumagami en 1988, depuis renommée mine LaRonde.

L’initiative LaRonde, comprenant un agrandissement de l’usine, devrait coûter 337 M$. Lorsque les installations secondaires seront terminées, la mine LaRonde produira une moyenne d’environ 320 000 onces d’or par année; sa durée de vie serait aussi
prolongée au moins jusqu’en 2022.

Cette mine est située dans le nord-ouest du Québec, dans la portion sud de la ceinture volcanique de l’Abitibi, à l’intérieur de la Formation de Bousquet du Groupe de Blake River. La géologie a une direction est-ouest, à pendage abrupt vers le sud. Les réserves et les ressources se présentent sous forme de lentilles riches en sulfures dans cinq horizons stratigraphiques différents.

Selon l’épaisseur des zones minéralisées, l’extraction se fait par retrait longitudinal dans les sections de moins de 15 mètres ou par chambre vide. La propriété a déjà produit plus de trois millions d’onces d’or et détient environ cinq millions d’onces d’or en réserves prouvées et probables. De plus, le minerai est assez peu cher à extraire et à traiter. Pour le premier trimestre de 2009, les coûts au site minier étaient d’environ 72 $/t et les coûts effectifs de production étaient de 294 $/once.

Les travaux d’excavation pour l’extension, conçue par le groupe de génie-conseil Genivar, ont débuté en 2006. À la fin du premier trimestre de l’année, le puits interne avait été creusé tout juste à 250 mètres de la profondeur planifiée de 2 880 mètres. « C’est un peu compliqué puisque le travail se fait à l’intérieur d’une mine en exploitation », explique M. Provencher, le directeur général du site.

Les travailleurs excavent aussi une rampe et installent la ventilation et trois treuils souterrains dont les composantes sont fournies par Davy Markham. « Lorsque le tout sera complété, nous aurons l’un des puits des plus profonds en Amérique du Nord. La construction comprend donc de nombreux éléments de sécurité tels que des freins magnétiques et des sorties de secours secondaires », dit M. Provencher.

Les gens et la gestion du personnel constituent souvent un actif sous-évalué. Les nombreux postulants pour les emplois et le fait que les employés ne sont pas syndiqués en disent long sur les relations de travail chez Agnico-Eagle.

Selon M. Provencher, une raison clé pour le niveau élevé de satisfaction au travail est le comité de collaboration qui traite des questions de gestion du personnel. Ce comité, dont il est le président, comprend le surintendant des ressources humaines, cinq directeurs d’usine et d’opérations souterraines et douze employés; il constitue aussi un excellent forum pour les questions d’amélioration de la productivité et les enjeux de sécurité.

Le statut non syndiqué fournit aussi d’autres bénéfices inattendus. « Les salaires de nos employés sont semblables à ceux d’employés syndiqués. Nous gagnons cependant beaucoup en flexibilité : nous avons offert à nos employés de transférer de LaRonde à Goldex ou Lapa et nous ferons de même pour nos mines à ciel ouvert au Nunavut. » En l’absence d’un syndicat formel, un comité d’employés est chargé des négociations contractuelles annuelles.

Les travailleurs peuvent aussi acheter des actions de la compagnie à rabais; ces achats ne comportent pas de clause qui les oblige à garder leurs actions pour un temps minimum déterminé. « Évidemment, nous aimons que nos employés conservent leurs actions, car ils deviennent alors des intervenants engagés, mais ils sont libres d’en faire ce qu’ils veulent. »

LaRonde possède aussi un réseau de fournisseurs de première classe. « Notre région comporte plusieurs mines; les compa­gnies locales connaissent donc bien l’industrie minière », dit M. Provencher. Par exemple, Beroma fournit une grande partie de l’acier utilisé dans l’agrandissement; Fournier et Fils fournit le béton; l’entrepreneur Dumas, qui creuse le puits pour l’extension, a 65 personnes sur le site et C-Mac, qui s’occupe de la ventilation, en a 40.

Visitez www.agnico-eagle.com

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF