mai 2008

Pas de pilule magique

Manque de main-d’œuvre spécialisée dans les mines canadiennes

Par D. Zlotnikov

Il est estimé que le secteur des minéraux et des métaux accusera un manque de 92 000 travailleurs d’ici 2017. Selon une étude du Conseil d’adaptation et de formation de l’industrie minière (CAFIM), 40 % des travailleurs de l’industrie ont signalé qu’ils prendront leur retraite au cours des 10 prochaines années.

Le prix des biens atteint des sommets, mais le coût des équipements et de l’exploitation continue à augmenter. La hausse soudaine de l’attrait du secteur crée des pénuries que même des injections d’argent ne peuvent soulager. L’impact menace d’être encore plus grand en raison du manque d’ouvriers spécialisés dans tous les métiers reliés aux mines.

Avec un nombre limité de travailleurs, la compétition est forte et, à court terme, les compagnies montent les enchères avec des offres monétaires et non monétaires.

« Il y avait une sorte de respect mutuel entre les compagnies et on voit maintenant du maraudage », explique Dave Bazowski, consultant minier. « J’espère qu’on réalise que cela crée des problèmes à long terme pour des gains à court terme. En maraudant, le fardeau de la formation passe à ceux qui ont moins de capacité d’en faire », dit Paul Hébert, directeur exécutif, Federated School of Mines et ancien directeur du Conseil des ressources humaines de l’industrie minière (RHiM).

Selon Trevor Hulme, président et chef de la direction de Peace River Coal, d’autres secteurs ressentent cette pénurie de main-d’œuvre; par exemple des restaurants pas très loin de la mine manquent d’étudiants pour y travailler.

En raison de son excellente réputation, l’industrie minière canadienne est la cible de recruteurs internationaux, notamment de l’Australie. Même avec peu d’expérience, de jeunes diplômés peuvent gagner dans les six chiffres. D’autres pays, dont l’Afrique du Sud, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine cherchent aussi des professionnels qualifiés.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF