février 2008

Parlons-en

Est-ce possible que l’industrie nous dicte de ne pas forer une anomalie contenant 50 % de chalcopyrite ?

Par P. Gaucher

De gauche à droite : Pierre et Edwin Gaucher


Impossible, me répondrez-vous ! Mais alors, pourquoi la géophysique arrive à convaincre des gens fort expérimentés de ne pas forer une lentille contenant 50 % de chalcopyrite ? Comment déterminer la nécessité de forer une telle lentille si le levé géophysique EM de type MaxMin au sol ne la détecte pas alors que de nombreux sulfures de cuivre sont visibles dans la tranchée !

Ce n’est que récemment, à la suite de travaux géophysiques de type EM, Mag et PP sur l’ancienne mine d’Opémisca située à Chapais dans la province de Québec au Canada, qu’Edwin Gaucher, ancien vice président de Soquem et consultant en géophysique, a observé que la chalcopyrite est très fréquemment non conductrice. Autrement, si elle réagit, elle ne donne au mieux qu’une anomalie à peine perceptible lors d’un levé aérien EM ou d’un levé MaxMin au sol. C’est exactement ce qui a été observé sur le gisement d’Opémisca, une mine ayant produit plus de 20 millions de tonnes de minerai à 3 % de cuivre dans le passé. Cela suggère que non seulement l’ancien site d’Opémisca possède un potentiel élevé, mais aussi que bien d’autres propriétés minières au Canada pourraient révéler des découvertes plus nombreuses qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

Pour éviter que vous passiez à côté de nouvelles mines sans les voir, cet article a pour objectif de vous sensibiliser brièvement à la variabilité de la conductivité des sulfures et de leurs réponses aux différents levés géophysiques que vous soyez géologues, ingénieurs, promoteurs ou prospecteurs. En effet, lors d’une campagne de forage normale, vous serez tentés de forer seulement les plus fortes anomalies souvent associées à des sulfures de pyrrhotine, à des horizons de graphite qui sont jusqu’à mille fois plus conducteurs que la chalcopyrite ou encore à des sulfures de cuivre s’ils veulent bien réagir comme de faibles conducteurs, ce qui est rarement le cas.

La série d’événements ayant convaincu M. Edwin Gaucher

Après la fermeture de la mine d’Opémisca vers le milieu des années 80, Edwin Gaucher jalonna ses concessions minières. Il utilisa différentes méthodes géophysiques pour essayer de détecter le minerai de cuivre des lentilles laissées en place comme piliers de surface. Par exemple, un levé de MaxMin sur une lentille forée en 2003 ne donna aucune réponse géophysique en termes de conductivité même si celle-ci mesurait 30 mètres de longueur par 30 mètres de profondeur par 1 à 2.5 mètres de largeur et qu’elle contenait selon les analyses plus de 15 % de chalcopyrite. Ce n’est qu’après avoir mesuré la conductivité des carottes de forage avec une sonde MPP-EM2S+ fabriquée par la compagnie Instrumentation GDD Inc. qu’Edwin observa que la chalcopyrite n’était pas conductrice. Et les seuls conducteurs perceptibles avec la sonde MPP dans les carottes étaient des minuscules “taches” de pyrrhotine, ce matériau étant environ 1 000 fois plus conducteur que la chalcopyrite.

Conclusion

Malgré la grande expérience d’Edwin Gaucher au niveau de la géophysique, du suivi au sol, de la géologie, de l’exploration, de la recherche et développement et de la prospection, il a compris que la chalcopyrite est rarement un conducteur dans un levé EM. C’est uniquement lorsqu’il a mesuré, avec la sonde MPP, la conductivité des sulfures des carottes de ses propres forages et de celles présentées aux conventions tel que le PDAC et le Roundup, qu’il confirma que beaucoup d’autres minerais riches en sulfures n’étaient pas ou peu conducteurs. Il comprit également pourquoi en 1968, un forage sur une très faible anomalie (-2,-4) de Turam avait intercepté 20 mètres titrant 10 % de cuivre, soit 30 % de chalcopyrite, résultant en la découverte de la mine Louvem. Cette première mine a conduit à la découverte de la mine Louvicourt, une mine bien plus importante, sur son prolongement.


Pierre Gaucher, directeur général et vice-président, Instrumentation GDD Inc.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF