août 2008

Sans aucun mal

L’exploitation Duck Pond de Teck Cominco

Par M. Eisner

Échantillonnage de l’eau par un employé de Duck Pond


L’exploitation Duck Pond, au centre de Terre-Neuve, est un environnement de travail productif et sécuritaire en raison de l’objectif « sans aucun mal », l’action environnementale et une approche pro-active envers les ressources humaines.

La production a débuté à la mine souterraine Duck Pond de Teck Cominco (Cu-Zn) il y a tout juste un an; cette mine a été acquise en août 2007 de Ressources Aur. La production annuelle est d’environ 657 000 tonnes de minerai de grande qualité; ce taux de production devrait continuer pour les cinq à six prochaines années.

Le minerai non concassé est remonté à la surface puis envoyé au concasseur à mâchoires; le minerai est traité dans un broyeur semi-autogène, un broyeur à boulets et ensuite flotté pour produire des concentrés séparés de cuivre et de zinc. Ces concentrés sont transportés aux installations portuaires de St. George sur la côte ouest.

Dès le début, la compagnie a ciblé la sécurité au travail, la gestion de l’environnement et les ressources humaines. Les efforts portent fruit : une réduction des incidents, aucun manque d’employés et la mise en place de solutions proactives pour les enjeux environnementaux.

Le directeur général de Duck Pond, Bob Kelly, explique que la norme « sans aucun mal » est une bonne pratique commerciale. « Nous voulons que les employés repartent au moins aussi en forme qu’ils sont arrivés. Lorsque les employés se sentent en sécurité au travail, ils y viennent plus volontiers, ce qui influence leur productivité de manière positive. Dès le premier jour, la norme a été zéro incident. »

La sécurité d’abord

Bien que la compagnie ait des équipes d’urgence en surface et sous terre et les équipements appropriés, M. Kelly stipule que l’engagement des employés est une partie essentielle du processus. S’il survient un accident, il est analysé non pas pour assigner un tort mais pour en tirer des leçons et de la prévention. « Nous en cherchons les causes fondamentales et effectuons un suivi », poursuit-il.

La compagnie tire aussi profit des « quasi-accidents »; chacun est signalé et analysé afin qu’il puisse être évité à l’avenir. Ajoutez les analyses de sécurité, les évaluations régulières des risques et les bons équipements et vous avez un dossier sécurité impressionnant. En date de février 2008, la mine souterraine n’avait eu aucun accident avec perte de temps pour les deux années antérieures. « En plus des ‘tournées’ régulières pour inspecter les divers secteurs, nous effectuons des audits de santé et sécurité », dit M. Kelly. « Nous révisons le dernier trimestre et analysons tous les incidents; nous vérifions que les recommandations ont été implantées. Le suivi est critique. »

Ce principe de « sans aucun mal » s’étend aussi aux environs de la mine par l’élimination des poussières, la contamination des déversements et les efforts pour minimiser la quantité de solides acheminés aux bassins de résidus.

« L’objectif est d’avoir aucun déversement. Nous entretenons les équipements et nos employés sont adéquatement formés. S’il survient un déversement, nous pouvons le contenir », dit M. Kelly. Il poursuit en expliquant que la mine fait de la restoration progressive. « Plutôt que d’attendre à la fin de la vie de la mine, nous commençons dès maintenant. La mine recycle près de 90 % de l’eau de traitement. Nous avons aussi des ruisseaux autour de la propriété; nous les avons nettoyés pour créer de nouveaux habitats pour les poissons. Nous contrôlons l’érosion sur la propriété et nous avons des programmes de gestion des déchets, de recyclage du bois et de suppression des poussières. »

La compagnie cherche aussi à faire quelque chose avec le plomb qui se retrouve dans les résidus. « Nous cherchons à récupérer le plomb, maximisant ainsi la ressource que nous exploitons et diminuant nos coûts de restauration quand il sera temps de fermer la mine », dit M. Kelly. Il explique que le procédé est encore au stade de développement; la compagnie effectue des études de faisabilité pour voir si, et comment, le plomb peut être récupéré. « Les réactifs ajoutés ne doivent pas nuire à la qualité de l’eau de l’effluent. Nous devrions savoir au cours des prochains mois si cela est faisable. Nous pourrions alors avoir un concentré à 30-35 % de plomb. Lorsque vous pouvez minimiser ce qui se retrouve dans les résidus, c’est bon pour l’environnement. »

Investir dans l’avenir

Comme c’est le cas pour la plupart des secteurs de l’industrie minière, il manquait initialement de travailleurs qualifiés pour remplir les nombreux postes disponibles. Duck Pond a trouvé une solution innovatrice en démarrant et en donnant un cours sur le minage de roches dures au Corona College, une institution locale située à proximité, à Grand Falls-Windsor.

Alors que le cours fournit des travailleurs pour la mine Duck Pond, il forme aussi des étudiants pour travailler dans des mines n’importe où au pays. « L’exploitation a aussi offert ses installations comme site de formation pratique pour une autre compagnie, la Cabo Drilling Company », poursuit M. Kelly. Grâce à ces approches proactives, l’exploitation avait, à la fin de 2007, tout le personnel dont elle avait besoin, soit 227 employés.

La mine Duck Pond est un excellent exemple de conception de bonnes pratiques commerciales, où le résultat ne concerne pas uniquement la production de cuivre et de zinc mais aussi la création d’un environnement sécuritaire et sain pour tous.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF