novembre 2007

La croissance d’une compagnie de fertilisants

Les projets d’expansion de PotashCorp en Saskatchewan

Par H. E. Robinson

Potash Corporation of Saskatchewan Inc. (PotashCorp) augmente la capacité de production de cinq sites de la province afin de passer d’une production de 10,7 Mt (en 2007) à 14,9 Mt d’ici 2011. La demande mondiale croît et l’industrie produit déjà presque à plein régime.

La potasse se trouve seulement dans 12 pays, mais presque tous les pays en ont besoin. PotashCorp fabrique des produits de potasse, d’azote et de phosphate pour les cultures, l’alimentation animale et des produits chimiques industriels. PotashCorp déteint actuellement près de 22 % de la capacité mondiale.

Vers le milieu des années 1980, la demande pour les fertili­sants a diminué avec la chute de l’Union soviétique. PotashCorp a alors réduit sa capacité de production afin de maintenir les prix. Le président de PCS PotashCorp, Garth Moore, explique : « L’industrie de la potasse se trouvait en situ­ation de surcapacité durant plusieurs années; les marchés ont cependant rattrapé la capacité mondiale et cela signifie que nous devrons retrouver notre capacité de satisfaire la demande actuelle. »

Certains projets d’expansion sont terminés (Rocanville et Allan) et l’expansion à Lanigan sera terminée l’an prochain, ajoutant 1,5 Mt par année. Les installations de Cory ajouteront aussi 1,2 Mt d’ici le milieu de 2010 et permettront au site de produire de la potasse rouge. L’expansion à Patience Lake est différente. C’est une mine à extraction par dissolution, demandant donc plus de tuyauterie pour accroître la production.

« Au total, ces projets augmenteront la capacité de production de la Saskatchewan d’environ 4,5 Mt/an dans un marché mondial d’environ 50 Mt/an. La croissance annuelle des marchés est estimée à 1,5 Mt. Nous ajustons donc notre capacité à cette croissance », dit M. Moore.

L’un des facteurs de la croissance mondiale de la demande est le développement économique de la Chine et de l’Inde. Ayant plus d’argent, les gens se nourrissent mieux et augmentent la quantité de protéines dans leur alimentation, généralement sous forme de viande. Cela signifie plus de fertilisant pour les cultures servant à l’alimentation animale. « L’utilisation des biocarburants progresse aussi rapidement. Aux États-Unis, les usines d’éthanol utilisent le maïs, alors qu’au Brésil, on utilise la canne à sucre; ces deux cultures demandent beaucoup de potasse par hectare cultivé », explique M. Moore.

Cependant, les défis sont nombreux. « Ces projets d’expansion ont besoin de matériaux et de main-d’œuvre », poursuit-il. La main-d’œuvre actuelle est composée de gens ayant une trentaine d’années de service, se dirigeant vers la retraite, ou d’employés ayant environ cinq années d’expérience. Tous ressentent ce creux.

En Saskatchewan, le gisement de potasse est plat et vaste et il a le potentiel de fournir de la potasse pour des années à venir; la demande mondiale actuelle peut être satisfaite pour des centaines d’années. Avec l’augmentation de la demande mondiale, des compagnies telles que PotashCorp se préparent par de nouvelles approches. « Nous utilisons des technologies de pointe afin de minimiser nos émissions, déjà faibles, de gaz à effet de serre », explique M. Moore.

La compagnie a récemment reçu une mention honorable de l’Institut canadien des comptables agréés dans le cadre des Concours des meilleurs rapports d’entreprise de l’ICCA. « Nous avons toujours considéré le développement durable comme une partie importante de notre compagnie », dit M. Moore. « Nous nous efforçons à être francs et transparents dans tout ce que nous entreprenons; cela fait partie de notre culture. »

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF