mars/avril 2007

Parlons-en

Cluster industriel en formation sur la Côte-Nord

Par L. Gagnon

L’arrivée sur la Côte-Nord des grandes sociétés minières américaines dans les années cinquante, soixante et soixante-dix a entraîné le développement d’un tissu de PME dans le domaine de la fabrication mécanique et métallique. Couplée à la présence des grands barrages hydro-électriques, de deux alumineries de grande capacité, ainsi que d’une industrie forestière étendue sur tout le territoire, l’industrie lourde nord-côtière continue d’offrir une foule de possibilités pour les entrepreneurs industriels créatifs et efficaces.

Entouré des entreprises de services, de réparation, des distributeurs, des bureaux d’ingénieurs-conseils et des entrepreneurs spécialisés en construction industrielle, la vingtaine de PME industrielles de la Côte-Nord forme une masse critique permettant de croire à la possibilité de lui appliquer le modèle du cluster industriel.

Par la volonté du milieu, sous un plan de travail élaboré par le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE), un plan d’action a été développé par un comité composé principalement de représentants des PME, de bureaux d’ingénieurs et de l’industrie lourde régionale, de même que de représentants de divers organismes de soutien à l’industrie. Dans le cadre des projets de développement régional ACCORD, on a mis sur pied le créneau d’excellence «ingénierie des procédés industriels, miniers et métallurgiques (IPIMM)», sous la présidence de Monsieur Carol Lavoie, Directeur de la formation aux adultes et aux entreprises du Cégep de Sept-Îles et Président du Centre d’aide technologique aux entreprises - Côte-Nord du Québec (CATE Côte-Nord).

Ce sont vingt-neuf membres du comité IPIMM qui ont supervisé le travail de développement du plan d’action élaboré par le CATE Côte-Nord, d’après une étude de tendance et d’étalonnage menée par la firme Deloitte à l’automne 2004. Présenté en décembre 2005 et ayant franchi les divers niveaux d’approbation, il ne reste plus que la signature de l’entente de mise en oeuvre, prévue à l’hiver 2007.

Les membres du comité ont élaboré le plan d’action en considérant les meilleures pratiques de clusters industriels comparables en Suède, Norvège, France et Canada. Ils se sont également guidés à l’aide de quatre questions :

  • Où sommes-nous?
  • Où voulons-nous être?
  • Comment s’y rendre?
  • Qui fait quoi?

L’analyse stratégique des éléments mentionnés a débouché sur un plan d’action comprenant trois axes de développement. Le premier, celui sur lequel le milieu régional a le plus d’influence, s’énonce de la façon suivante : « Consolidation du créneau IPIMM existant ». Quant aux deux autres axes, il s’agit de « Exploration / Exploitation minière », ainsi que de « Transformation métallique / Diversification régionale ». Ces derniers dépendent moins directement de nos objectifs et actions collectives que de la volonté d’investisseurs privés.

Le premier axe, celui de la consolidation, a été subdivisé en trois orientations stratégiques regroupant sept objectifs et vingt-cinq actions proposées. Les dirigeants du comité de créneau espèrent que l’application sur un horizon de cinq ans de ces actions permettra de faire évoluer les acteurs de ce créneau vers un cluster fonctionnel et compétitif, en mesure de se développer et de créer de la richesse sur la Côte-Nord.

C’est avec l’apport volontaire des industriels et l’appui systématique des organisations à caractère économique et éducationnel (dont la section Québec Nord-Est de l’ICM) que l’on pourra consolider, renforcer et accroître nos leviers de développement économique. Une attitude « gagnant-gagnant » de tous les joueurs permettra de soutenir et accentuer la collaboration entre les PME et les grands donneurs d’ordre, élément essentiel à l’essor des entreprises du milieu. Ainsi, la région développera un noyau de PME compétitives, favorisant l’intérêt des groupes industriels mondiaux à la recherche de sites pour s’implanter dans la métallurgie ou de terrains
propices à l’exploration et à l’exploitation minière.

La démarche demeurera respectueuse des priorités et des intérêts de chaque entrepreneur, personne n’étant contraint à participer à quelque activité de cluster que ce soit ou à développer une expertise qui ne lui convient pas. Le créneau IPIMM offrira des possibilités; ce sera aux industriels de les saisir. Nous croyons pouvoir en convaincre une grande partie par l’à-propos des actions définies. On en verra les effets graduellement d’ici cinq ans, mais on aborde déjà la mise en oeuvre avec impatience.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF