juin/juillet 2007

Mot du président

Assurer la bonne marche de l’ICM

Par J. Popowich

Bonjour à tous les membres de l’ICM. Voici la première d’une série de chroniques que j’aurai le plaisir d’écrire au cours de la prochaine année. Je me propose de communiquer avec vous tout comme l’a fait notre président sortant, François Pelletier, durant l’année qui vient de s’écouler. Merci François pour ton excellent travail!

Au cours des dernières années, le monde des affaires a procédé à de nombreux changements dans le but de refléter l’attention accrue qui doit être accordée à l’éthique des affaires et à la bonne gouvernance (conformément aux dispositions de la loi fédérale américaine Sarbanes-Oxley). Même si l’ICM est un organisme sans but lucratif, il ne peut se soustraire à ces lignes de bonne conduite. En effet, même si l’ICM ne poursuit pas les mêmes objectifs d’affaires que les entreprises privées, il demeure tout de même imputable envers ses « actionnaires », ou si vous préférez ses membres.

À ce sujet, mentionnons qu’un bon nombre d’initiatives de bonne gouvernance ont été mises de l’avant au cours de la dernière année pour nous assurer que nous répondions à ces nouvelles normes et que nos membres aient une confiance inébranlable envers notre équipe de direction et le Conseil de l’ICM. Après tout, c’est notre conseil d’administration qui, ultimement, est responsable du rendement de l’ICM, de ses sociétés et de ses sections. Il nous a donc fallu nous renseigner sur les besoins de bonne gouvernance qui se rattachent à nos activités pour que nous puissions continuer de progresser. Ainsi, nous avons demandé de l’aide à Mel Gill, de Synergy Associates, qui enseigne les règles de bonne gouvernance à l’université Queen’s. Il nous a indiqué les chemins à prendre pour atteindre notre objectif qui est de voir à ce que nous ayons les bonnes politiques, les bonnes pratiques et les bons systèmes en place.

Un second volet de notre travail sur la bonne gouvernance portait sur une meilleure compréhension des rôles et responsa­bilités de nos employés et des membres du Conseil. Tout membre du Conseil a la responsabilité de diriger les affaires de l’ICM. Bien sûr, nous tenons aussi à ce que les membres du Conseil soient à l’aise dans leur rôle et profitent de la camaraderie de leurs pairs. Être membre du Conseil est une activité bénévole et nous voulons que cette activité soit une expérience enrichissante pour tous les intéressés. Les membres du Conseil ont un rôle de leadership à jouer et la chance de faire la différence. Être membre du Conseil signifie donner l’exemple et être un modèle de rôle pour nos leaders de demain.

Au cours de la prochaine année, j’aborderai différents thèmes tout en cherchant à mettre l’accent sur la durabilité de l’industrie des ressources et, aussi, sur le rôle de l’ICM au sein de l’industrie. À l’ICM, nous voulons continuer de travailler fort pour soutenir nos membres individuels et moraux. En travaillant avec vous, nous croyons que nous aurons l’occasion de continuer d’assurer la transmission des connaissances et de mieux faire notre travail.

Jim Popowich, Président de l’ICM

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF