février 2007

Mot du président

À la recherche de l'équilibre

Par F. Pelletier

J’ai récemment participé à un groupe forum composé de personnalités d’affaires de la région de Montréal. Le sujet du forum portait sur le développement de l’attention et l’atteinte d’un équilibre de vie. Le sujet était tout à fait approprié; il est en effet de plus en plus difficile de gérer les demandes sur notre temps.

La documentation distribuée avant la session comprenait un article tiré du Harvard Business Review de janvier 2005 intitulé « Overloaded Circuits: why smart people underperform. » Cet article présente le terme ADT (attention deficit trait), une déficience de l’attention causée par un cerveau surchargé; cette déficience est souvent retrouvée chez des gestionnaires surchargés. L’ADT est causé par les demandes sur notre temps et notre attention qui ont cru de manière exponentielle au cours des 20 dernières années. La personne souffrant d’ADT et qui fait face à une montagne de tâches devient de plus en plus pressée, arrogante et a de la difficulté à se concentrer, tout en prétendant que tout va très bien.

Durant le forum, l’animateur nous demandait de réfléchir à ce que signifiait l’équilibre pour chacun d’entre nous, ce que nous désirions avoir de plus ou de moins dans notre vie, ce que nous avions besoin de simplifier ou d’intensifier, quelles habiletés, connaissances ou formations ou encore quels changements dans nos croyances barrières nous aideraient à progresser vers l’atteinte d’un plus grand équilibre, ce que nous devions choisir d’intégrer, de sacrifier ou de laisser aller pour atteindre l’équilibre désiré. Et finalement, quelles pratiques, quels conseils et quels outils pourrions-nous intégrer dans nos vies quotidiennes pour nous aider à nous centrer et ainsi atteindre un plus grand équilibre.

Nous avons ensuite effectué un exercice d’équilibre holistique en commençant par l’identification d’activités auxquelles nous avions participé et qui s’étaient révélées bonnes pour le corps, l’esprit, le coeur et l’âme. De manière individuelle, nous avons identifié l’attention et le pourcentage de temps consacrés à chacune de ces quatre catégories; nous avons déterminé combien ces activités étaient bénéfiques et finalement ce que nous changerions si nous le pouvions.

Nous avons ensuite refait l’exercice en identifiant ce que représenterait un idéal pour chacun d’entre nous; ce qu’il faillait faire pour atteindre cet idéal et quels seraient les défis pour atteindre l’équilibre idéal. Une fois l’exercice terminé, nous recevions des outils d’encadrement pour nous aider à avancer vers l’équilibre recherché.

Lorsque nous effectuions les exercices, nous échangions en petits ou en gros groupes. Personne n’était surpris de voir que nous avions tous été victimes de l’ADT à un niveau ou à un autre au cours des dernières années et que nous connaissions des gens qui en souffraient actuellement.

Je suis ressorti de ce forum fier de moi car je me sens maintenant mieux préparé pour affronter de nouvelles attaques d’ADT. Étant donné que plusieurs d’entre nous sommes exposés à ce syndrome, je croyais qu’il était opportun de partager cette expérience avec vous.

François Pelletier, Président de l’ICM

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF