mars/avril 2006

La compagnie minière IOC

. Par C. Chen

La compagnie minière IOC est le plus gros producteur de boulettes de minerai de fer au Canada; la compagnie possède une mine et des installations de traitement à Labrador City,Terre-Neuve et Labrador, ainsi qu’un port à Sept-Îles,Québec, et un chemin de fer de 418 km reliant ces installations. Le bureau chef est à Montréal. IOC jouit d’une longue et fructueuse histoire, elle a vendu sa milliardième tonne en 2004 et a célébré son cinquantenaire d’opérations en 2005.

La cinquantième année de l’IOC s’est aussi avéré sa meilleure. La compagnie a établi environ 30 records de production dont un était une production annelle de 13,3 Mt de boulettes – dépassant de plus de 10 % l’ancienne meilleure production. Au même moment, IOC avait sa meilleure année en sécurité, réduisant le taux de blessures de plus de 20 %. Ces réussites ont été rendues possibles par le travail acharné de ses 1700 employés qui ont augmenté leur productivité de plus de 10 % en 2005 après avoir introduit une nouvelle convention collective de travail l’année précédente. L’IOC a investi pour fournir à ses gens des équipements de classe mondiale et la compagnie a remplacé et remis à neuf une grande partie de son infrastructure, vieille de 50 ans. Elle a aussi entrepris un ambitieux programme d’amélioration des affaires en 2001 (le programme Renewal) afin de réduire les coûts et améliorer l’efficacité des opérations. « Une grande partie de ce que nous faisions nous permettait d’obtenir ces augmentations par incréments et en même temps de réduire nos coûts », dit Terry Bowles, président et chef de la direction de l’IOC depuis 2001, alors que Rio Tinto est devenu actionnaire majoritaire l’IOC en 2000. « Maintenant que nous avons fait de bons progrès sur ces points, nous nous tournons vers l’expansion. »

Tout débute à la mine pour laquelle IOC a acheté trois nouveaux camions de halage Komatsu 830E pour ajouter à sa flotte de 16; cela permettra à l’IOC d’extraire quelque 50 millions de tonnes de minerai chaque année. Les camions déchargent le minerai dans des trémies doseuses d’où il passe au système automatisé de trains électriques (connu sous le nom de ATO) et est acheminé 10 kilomètres plus loin aux installations de traitement de l’IOC. Au cours des trois dernières années, l’IOC a modernisé et installé un nouveau système de contrôle numérique pour l’ATO; elle a aussi remis en état les trémies doseuses et remplacé une grande partie du chemin de fer.

Le minerai provenant du ATO est broyé et envoyé au concentrateur; ce dernier a produit 16,4 millions de tonnes de concentré de minerai de fer en 2005. L’IOC améliore présentement la capacité du concentrateur à récupérer le fer de ses minerais en remplaçant huit lignes de spirales et en modernisant les usines de récupération de la magnétite et de l’hématite. Tout cela conduira à plus de production de concentré au cours des prochaines années.

La plus grande partie du concentré est envoyée à l’usine de bouletage; là, le concentré est mélangé avec des additifs et cuit dans six gros fourneaux (ou machines à induration) pour produire des boulettes de minerai de fer. La production record de boulettes de l’IOC en 2005 est d’autant plus remarquable qu’elle a été atteinte sans investissement significatif pour agrandir l’usine de bouletage. Les améliorations aux opérations et aux pratiques d’entretien ont augmenté la fiabilité et le rendement des équipements, permettant à l’usine de produire plus de boulettes qu’auparavant et près de 1Mt de plus que sa capacité nominale de 12,5 millions de tonnes, avec essentiellement la même infrastructure.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF