Le projet Women of Impact souligne l'importance de la diversité

29-07-2015

Mary WellsL'ICM s'est entretenu avec Mary Wells, présidente entrante de la société de la métallurgie et des matériaux (MetSoc) de l'ICM et doyenne associée chargée des programmes d'action directe de la faculté de génie de l'université de Waterloo, afin de comprendre ce qui l'a inspiré à lancer le projet Women of Impact (WOI, un projet dédié aux femmes influentes).

ICM : Quelle a été votre source d'inspiration pour lancer le projet WOI ?

Mary Wells  : Les femmes ont beau représenter 50 % de la population, elles sont encore sous-représentées dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie. L'industrie des mines et de la métallurgie est l'un des secteurs les plus diversifiés et compte 15 % de femmes occupant actuellement des postes techniques. La diversité améliore notre perspective ; elle nous offre une image complète qui augmente considérablement nos chances de générer des découvertes exceptionnelles et de laisser la place à l'innovation.

ICM : À quoi peuvent s'attendre les personnes qui prendront part au symposium dédié au projet WOI ?

Mary Wells : Les personnes qui participeront au symposium auront l'occasion de rencontrer de nombreuses chefs de file du secteur des mines, de la métallurgie et des matériaux du Canada. Le symposium s'articulera autour d'une série de discussions et de débats se concentrant sur l'élaboration du profil du parcours de ces femmes et sera l'occasion idéale de débattre des meilleures façons de conserver et de promouvoir les femmes talentueuses dans le secteur des mines, de la métallurgie et des matériaux. Les participant(e)s seront invité(e)s à réfléchir à l'influence de l'expérience de ces femmes scientifiques et ingénieures au Canada sur l'élaboration des politiques actuelles, tant au niveau des sociétés que des organismes gouvernementaux. En comprenant les diverses approches adoptées par ces femmes pour exceller dans leurs carrières, nous pourrons approfondir nos connaissances dans le domaine du génie. J'espère que les récits de ces femmes lors du symposium deviendront des sources d'inspiration pour les participant(e)s et leur donneront une nouvelle perspective quant à la raison pour laquelle les femmes dans le domaine des sciences et du génie peuvent exercer une réelle influence et changer notre profession.

ICM : Pourquoi la participation est-elle importante ?

Mary Wells : Les organismes gouvernementaux, les organisations d'ingénieur(e)s et les cercles universitaires sont tout à fait d'accord sur le fait qu'il faut exploiter cette source importante de femmes talentueuses sous-représentées dans le domaine du génie, et l'on connaît désormais les avantages du respect de l'égalité entre hommes et femmes et d'une diversité accrue dans les disciplines techniques. L'une des principales difficultés identifiées par des études sur l'embauche et le maintien en poste des femmes dans le domaine du génie reste l'absence de femmes servant de modèle. Les Canadiennes travaillant actuellement ou souhaitant s'engager dans le secteur des mines, de la métallurgie et des matériaux exigent aujourd'hui que leur passé soit bien compris et devienne une source d'inspiration, que l'on prenne acte et l'on découvre la vie et les efforts des Canadiennes qui ont ouvert la voie aux femmes dans ces professions. Ces femmes influentes et conseillères qui ont fait preuve d'un charisme exceptionnel et d'un soutien important constituent des modèles dans le domaine du génie et jouent un rôle extrêmement important pour attirer davantage de femmes dans ces disciplines et servir d'inspiration à la nouvelle génération d'ingénieures professionnelles

ICM : À qui s'adresse ce symposium ?

Mary Wells : Il s'adresse aux étudiant(e)s en génie et en sciences souhaitant rencontrer des femmes influentes du secteur des matériaux, de la métallurgie et des mines ; aux professionnel(le)s et chefs de file en début ou milieu de carrière du secteur des matériaux, de la métallurgie et des mines ; aux professionnel(le)s du gouvernement ainsi que des milieux industriel et universitaire ; et aux professionnel(le)s du domaine des ressources humaines dans des organisations spécialisées dans les sciences et le génie.