Le ministre du commerce international annonce la conclusion d'accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) à l'occasion du congrès Franco-Mine 2013

06-03-2013

Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a annoncé lundi la conclusion des négociations portant sur des accords de promotion et de protection de l’investissement étranger (APIE) avec le Cameroun et la Zambie. 

Le ministre Fast en a fait l’annonce en compagnie de représentants du Cameroun et de la Zambie lors de l’événement Franco-Mine 2013 organisé par l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM), en collaboration avec le Service des délégués commerciaux du gouvernement du Canada et avec le ministère des Ressources naturelles du gouvernement du Québec. Cet événement a eu lieu au salon de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE), à Toronto.

Un APIE est un traité qui vise à protéger et à promouvoir les investissements canadiens à l’étranger au moyen de dispositions juridiquement contraignantes ainsi qu’à promouvoir les investissements étrangers au Canada.

« Notre gouvernement contribue à la création d’emplois, à la croissance et à la prospérité au bénéfice des familles de toutes les régions de notre pays en s’assurant que les investissements des entreprises canadiennes à l’étranger sont protégés, a affirmé le ministre Fast. Ces deux accords sur l’investissement rendront le climat des affaires plus sécuritaire pour les entreprises canadiennes qui cherchent à saisir des débouchés au Cameroun et en Zambie, et prouvent une fois de plus que le plus ambitieux plan de promotion du commerce dans l’histoire de notre pays continue à donner des résultats pour nos entreprises et nos exportateurs. »

Le ministre Fast a souligné le rôle important de l’ICM en tant que partenaire du gouvernement au niveau de l’industrie minière canadienne : « L’ICM collabore depuis plusieurs années avec le réseau du Service des délégués commerciaux du Canada en Afrique occidentale, en organisant des missions commerciales, des symposiums et des séminaires pour mieux appuyer ses membres. Il s’agit d’un excellent partenaire. »

Le directeur exécutif de l’ICM, Jean Vavrek, a été ravi de prendre part à l’organisation de cet événement majeur : « L’ICM joue un rôle très actif en Afrique occidentale depuis un certain temps. La signature de ces APIE illustre parfaitement les résultats positifs du travail effectué par les diverses parties prenantes sur le terrain, avec l’aide du gouvernement du Canada et de notre réseau du Service des délégués commerciaux. Ces développements ont été rendus possibles par les engagements initiaux de partenaires clés au Sénégal et dans d’autres pays d’Afrique occidentale. »

Le ministre Fast a également annoncé officiellement l’ouverture de la première section africaine de l’ICM à Dakar, au Sénégal. « La nouvelle section à Dakar va entreprendre deux projets de recherche visant à élaborer un modèle d’analyse pour les chaînes d’approvisionnements locales et régionales dans le domaine de l’exploitation aurifère en Afrique occidentale. Elle organisera en outre des événements favorisant le partage des connaissances et des meilleures pratiques, à l’image du premier symposium africain sur l’or de l’ICM, organisé à Dakar en novembre dernier. Je suis certain que cette nouvelle section de l’ICM va avoir un impact positif sur la région. »

« Le lancement de notre première section en Afrique occidentale, dans le cadre du nouveau district d’Afrique de l’ICM, constitue une première étape en vue d’établir une équipe de leadership solide. Il s’agit également d’une excellente plateforme pour l’organisation d’activités visant à rapprocher la communauté Franco-Mine, actuellement en pleine expansion », a noté M. Vavrek.

Franco-Mine 2013, qui en était à sa deuxième édition annuelle, a rassemblé divers représentants du monde des affaires, d’instituts financiers et de gouvernements, dont les ministres des mines du Burkina Faso, du Gabon, du Mali et du Niger. L’Égypte, la Guyane française, la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Sénégal avaient également envoyé des délégations pour discuter du développement des ressources minérales en Afrique francophone.

Les conférenciers de la séance d’après-midi – dont Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles du Québec – ont présenté le modèle de développement minier québécois et ont annoncé la tenue de Québec Mines International 2013, à Québec, du 11 au 14 novembre 2013. 

Advertisement