2000-2010

2009-2010 - Michael J. Allan
2008-2009 - James K. Gowans
2007-2008 - James L. Popowich
2006-2007 - François E. Pelletier  
2005-2006 - Russell E. Hallbauer
2004-2005 - W. Warren Holmes
2003-2004 - Howard R. Stockford
2002-2003 - Soheil Asgarpour
2001-2002 - Rex V. Gibbons
2000-2001 - Patricia Joan Dillon

 


 

2009-2010

 

Michael J. Allan

 

 Michael Allen

Michael Allan a obtenu un baccalauréat (B.Sc.A.) en génie minéral de l’Université de la Colombie-Britannique en 1973.

 

Après sa graduation, il a travaillé pour Gibraltar Mines en tant que métallurgiste. En 1977, M. Allan s’est joint à la Corporation Teck et a travaillé à l'ouverture des mines Afton et Highmont occupant divers postes jusqu'à suintendant du moulin.

 

En1984, M. Allan s’est joint à la firme Wright Engineers en tant que consultant, où il a travaillé sur des projets au Chili, en Espagne et au Canada. En 1994, il s’est joint à H.A Simons et a aidé à établir le Simons Mining Group (maintenant AMEC).

 

En 1998, M. Allan est retourné à la Corporation Teck pour travailler à la conception détaillée du projet Antamina au Pérou. Il a été par la suite nommé vice-président de l’ingénierie en septembre 1999 et continue à être responsable de l’ingénierie et des évaluations chez Teck.

 

M. Allan est membre de l’APEGBC et de la SME; il est aussi membre de la Confrérie de l’ICM. Depuis qu’il s’est joint à l’ICM en tant que membre étudiant en 1971, il s’est impliqué activement dans de nombreuses activités, entre autres comme responsable du Comité de recrutement durant quatre années. Il a été président des sections South Central et Vancouver et vice-président du District 6 en 1997-1998. En janvier 2008, M. Allan a reçu le prix de Minéralurgiste de l’année accordé par la Société canadienne du traitement des minéraux de l'ICM.

 

 

Haut 

2008-2009

James K. Gowans

Jim Gowans s’est joint à la famille des entreprises De Beers en mars 2006. Même si M. Gowans est la plus récente addition à l’équipe de la haute direction de De Beers Canada, il détient une grande expérience dans les mines et les exploitations minières.

 

Il a obtenu son baccalauréat en Science appliquée en génie minier de l’University of British Columbia en 1974. Par la suite, il s’est joint à Cominco (maintenant Teck Cominco), où il a gravi les échelons en occupant différents postes techniques et de gestion; il est notamment devenu le plus jeune surintendant de l’histoire de la société en tant que surintendant de moulin à l’exploitation Con à Yellowknife, pour se propulser jusqu’au poste de gestionnaire de l’exploitation de potasse de Vanscoy, en Saskatchewan. Il a également agi à titre d’ingénieur de projet pour la mine Polaris dans le Haut-Arctique canadien et directeur du génie pour le projet Red Dog, en Alaska.

 

À la recherche de nouveaux défis, il a ensuite rejoint Placer Dome en 1993, où il a participé à la planification stratégique mondiale. Il a été nommé vice-président, conception et recherche, responsable de la conception de projets et du Centre de recherche, où il a guidé le processus pour que le laboratoire obtienne sa certification ISO 9002. Après avoir agi quelque temps à titre de vice-président, Ressources humaines, responsable de veiller à la gestion du talent à l’échelle mondiale, M. Gowans a été promu à titre de vice-président directeur pour le Canada, rôle au cours duquel il a pris la responsabilité du portefeuille complet des exploitations canadiennes jusqu’à la fin de 2001.

 

Avant de se joindre à De Beers, il a agi à titre de vice-président principal et chef de l’exploitation chez PT Inco Indonesia; il était responsable de surveiller les exploitations de cette société sur l’île de Sulawesi et de la mise en œuvre d’une stratégie de croissance dynamique. Il détient une expérience de plus de 30 ans en gestion, touchant à pratiquement tous les aspects de l’industrie, notamment l’exploration, les projets majeurs, l’exploitation et les ressources humaines.

 

Haut

2007-2008

 

James L. Popowich

 
 James Popowich

M. Popowich a joint les rangs d'Elk Valley Coal (anciennement Fording Coal Limited) en 1974 à titre d'ingénieur de la planification et au fil des ans, il en a gravi les échelons y laissant sa marque. En 2001, il devient vice-président exécutif jusq'à ce qu'il accède comme président et chef de la direction au début de 2004. Ingénieur minier de formation, il a reçu son baccalauréat et sa maîtrise en sicence, concentration mines, de l'University of Saskatchewan en 1966 et en 1969.

 

Avant de se joindre à Elk Valley Coal, M. Popowich a travaillé pour Cominco comme ingénieur de la planification et superviseur pour les mines souterraines de Cominco Potash, ensuite comme ingénieur de la planificatioan et ingénieur, sondage et abattage à la Pine Point Mines dans les Territoires du Nord-Ouest et finalement comme directeur adjoint, mines extérieures pour Cominco Ltd. à Trail, C.B. Il possède de l'expérience dans pratiquement tous les aspects de l'exploiration minière.

 

Son expérience exceptionnelle de l'industrie n'a d'égal que sa participation active dans un grand nombre d'associations dont l'ICM; l'Association des ingénieurs professionnels, des géologues et des géophysiciens de l'Alberta ; ancien président et vice-président de l'Association canadienne du charbon; directeur du Climate Change Central; ancien directeur et président de l'Alberta Chamber of Resources; ancien membre de l'Alberta Economic Development Authority, membre du comité consultatif de l'industrie minère de l'École de génie pétrolier et minier de l'Université d'Alberta. Il a également reçu des prix, dont l'Alberta Centennial Medal en reconnaissance de son service exceptionnel pour la population et la province de l'Alberta et le prix des compagnons de l'ICM pour sa contribution exceptionnelle à l'industrie minière canadienne.

 

Haut

 

2006-2007

François E. Pelletier

 

 François Pelletier

Détenteur d'un baccalauréat en Sciences de l'informatique et d'une maîtrise en Sciences de la gestion de l'Université d'Ottawa, M. Pelletier joint l'équipe de la Compagnie minière Québec Cartier en 1976 où il touche à plusieurs domaines avant d'être nommé vice-président des Ressources humaines en 1989. En 1994, on lui ajoute la planification stratégique et en 1995, la responsabilité de secrétaire de l'entreprise. Il devient vice-président de l'exploitation gestion en 1997.

 

M. Pelletier siège au conseil d'administration de la C.S.S.T., de l'I.R.S.S.T., du Conseil sectoriel minier (MITAC) et du Centre syndical patronal du Canada.

 

Haut

 

2005-2006

Russell E. Hallbauer


Russell E. Hallbauer 

Le nouveau président désigné de l’IMC, Russell E. Hallbauer, est né en 1954 à Vancouver, en Colombie-Britannique, et il a complété son éducation scolaire et secondaire en Colombie-Britannique et en Ontario. Il a reçu son diplôme en 1979, un baccalauréat en génie minier, de la Colorado School of Mines. Il est ingénieur agréé auprès de l’Association of Professional Engineers of British Columbia.

 

Il s’est joint à la mine de Bullmoose de Teck Corporation en 1983, au sein de laquelle il a gravi les échelons d’ingénieur et de superviseur pour devenir surintendant de la mine en 1987, et directeur général de Quintette en 1992.

 

En 1995, il a pris de nouvelles responsabilités à Vancouver alors qu’il fût nommé directeur général de la société.

 

Il a été nommé directeur général de Base Metal Joint Ventures en 2002, où il était responsable des intérêts de Teck Cominco dans Highland Valley Copper, à Antamina au Pérou et à Louvicourt au Québec.

 

Il a été président du conseil d’administration de la Mining Association of British Columbia (MABC) entre 2002 et 2004; de laquelle il est directeur depuis 1991.

 

En 2004, M. Hallbauer a été nommé président désigné de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM) pour la période 2005-2006, duquel il est membre depuis 1975.

 

Haut

 

2004-2005

W. Warren Holmes

W. Warren Holmes 

Le nouveau président de l’ICM connaît le secteur minier jusque dans les moindres détails. Détenant une expérience de près de 40 ans dans l’industrie et provenant d’une famille de mineurs, Warren Holmes a laissé sa marque dans l’industrie minière canadienne, et il continue de la servir dans le cadre de son nouveau rôle avec l’ICM. Né et ayant suivi son éducation à South Porcupine, en Ontario, M. Holmes a obtenu son diplôme d’ingénieur à l’université Queen en 1964 et il a commencé à travailler pour les Mines Noranda ltée, à Noranda au Québec. Après avoir joué différents rôles chez Noranda, il a suivi des études de MBA à l’University of Western Ontario pour obtenir son diplôme en 1977 afin de poursuivre sa carrière avec Noranda jusqu’en 1986, année à laquelle il a rejoint Falconbridge à titre de directeur des mines. En 1989, il fût nommé vice-président et directeur général de l’exploitation de Sudbury; pour ensuite prendre le rôle de vice-président et directeur général de la division Kidd Creek en 1990, et devenir président et directeur général de l’exploitation de nickel canadien en 1996, puis vice-président principal, exploitation minière canadienne, en 1999.

 

 

En juillet dernier, M. Holmes a pris sa retraite de Falconbridge et mis fin à ses rôles au sein du conseil d’administration de l’Ontario Mining Association, du conseil d’administration de l’Association minière du Canada (AMC) et comme vice-président de cette dernière. Peu de temps après, il a mis fin à ses rôles au conseil d’administration de Mesures volontaires et Registre (MVR) et comme membre du conseil d’administration du Programme d’économies d’énergie dans l’industrie canadienne (PEEIC) à titre de représentant de l’AMC pour l’industrie.

 

Actuellement, M. Holmes est président de MIRARCO, un organisme de recherche affilié à l’université Laurentian, mais il est à la recherche d’un successeur pour prendre sa place. De la même manière, il s’était occupé de trouver un successeur pour son poste de président du comité de l’AMC, le comité pour la remise des trophées John T. Ryan, poste qu’il a occupé au cours de la dernière décennie.

 

« Voici le genre de changements survenus après ma retraite chez Falconbridge, raconte-t-il. Même si j’ai laissé de grands pans de ma vie derrière moi à me retraite, j’ai également décidé de relever de nombreux nouveaux défis. Je suis sur les conseils d’administration de Nuinsco Resources, à titre de président, et également de Wallbridge Mining, de Kirkland Lake Gold, ainsi que sur d’autres conseils de sociétés privées. Je sers également comme conseiller pour certaines sociétés minières et d’exploration. »

 

Tout au long de sa carrière, M. Holmes a joué un rôle actif à l’échelle des sections de l’ICM, notamment de nombreuses années comme directeur de la section Porcupine, dont un mandat comme président. « Je crois que les sections jouent un rôle très important au sein de l’ICM, et je cherche toujours à communiquer avec les dirigeants de ces sections afin d’explorer comment elles et l’ICM national peuvent collaborer plus étroitement afin que tout le monde en profite », ajoute-t-il.

 

Membre de l’ICM national depuis qu’il l’a joint à titre de membre étudiant de l’université Queen, son père, le Pr T.C. Holmes, était également un membre, et sa mère a reçu la médaille Sancta Barbara. Il mentionne que l’ICM a joué un rôle important dans sa vie professionnelle, lui donnant l’occasion de développer des contacts au sein de l’industrie. M. Holmes a reçu la médaille de compétence de district pour le District 3 de l’ICM, ainsi que la médaille commémorative des anciens présidents de l’ICM. M. Holmes vit à Timmins, car, comme il l’explique, c’est une magnifique région minière qui permet de pratiquer plusieurs des sports qu’il affectionne comme le ski alpin et de fond, le vélo, le canot et les randonnées pédestres. « Même si mon travail m’a gardé éloigné de Timmins pendant près de 17 ans, j’ai toujours gardé un pied-à-terre ici, dit-il. Bien sûr, nous possédons encore ce que nous appelons notre "chalet" au centre-ville de Toronto, ce qui simplifie mon travail lorsque je dois m’y rendre. »

 

Haut

 

2003-2004

Howard R. Stockford

Howard R. Stockford 

Howard Stockford, 61 ans, est né en Angleterre, là où il a complété sa formation avec les honneurs pour obtenir un baccalauréat en géologie minière de la Royal School of Mines, Imperial College, de l’université de Londres, en 1962, pour ensuite immigrer au Canada au cours de la même année. Il a obtenu sa citoyenneté canadienne en 1968.

 

 

M. Stockford a acquis de l’expérience dans les mines de métaux de base et d’or dans les secteurs de Malartic et de Lac Bachelor dans le Nord-est du Québec, pour ensuite rejoindre Bechtel Canada à Montréal, où il a travaillé sur différents projets miniers, et Consolidated Morrison, à titre de géologue de projet travaillant sur le gros dépôt de niobium dans les basses terres de la Baie James.

 

En 1970, il s’est joint à Falconbridge Ltd au Manitoba, où il est devenu directeur de l’exploration aux bureaux de Winnipeg en 1974, pour prendre le poste de géologue principal, Canada, en 1981, pour ensuite quitter afin de devenir vice-président d’Aur Resources en 1983. Il est directeur d’Aur depuis 1984 et il détient le poste de vice-président directeur depuis 1989. Il est actuellement président du comité d’exploitation de la mine Louvicourt, au Québec, et un des directeurs de la Compañía Minera Carmen de Andacollo et de la Compañía Minera Quebrada Blanca au Chili.

 

En 1989, M. Stockford a été nommé co-récipiendaire du prix Bill Dennis Prospecteur de l’année décerné par l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs pour le rôle qu’il a joué dans la découverte du dépôt d’or-argent-fer-cuivre de Louvicourt et il a reçu en 1999 le prix de la Confrérie de l’ICM pour sa contribution remarquable à l’industrie minière canadienne et à l’ICM.

 

M. Stockford est membre de l’Ordre des ingénieurs de l’Ontario, de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, de l’Association géologique du Canada, de la Society of Economic Geologists, de l’Institution of Mining & Metallurgy de Londres et de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole pour lequel il a été président des sections de Toronto et de Winnipeg et siégé sur différents comités à l’échelle nationale de l’ICM par le passé.

 

M. Stockford pratique plusieurs loisirs, dont la peinture et le golf, et il est membre du Toronto Hunt Club. Lui et sa femme Jeannie ont une fille et deux petits-enfants.

 

Haut

 

2002-2003

Soheil Asgarpour


Soheil Asgarpour 

M. Asgarpour a obtenu son doctorat en génie mécanique de l’université Rice et il a ensuite complété le programme Executive Management Program à la Western Business School, de l’University of Western Ontario et le programme Leadership à la Yale School of Management, de l’université Yale.

 

M. Asgarpour détient plus de 20 ans d’expérience diversifiée, tant au niveau technique, des affaires et de l’exploitation de l’industrie pétrolière et minière en amont, et il a gravi les échelons notamment à titre de 

 

– Directeur de l’exploitation et vice-président directeur de Canadian 88 Energy Corp.

– Directeur de la planification stratégique d’entreprise pour Gulf Canada Resources Limited (« Gulf »)

– Directeur de l’exploitation chez Gulf

– Ingénieur en chef chez Gulf

 

M. Asgarpour a publié plus de 40 articles techniques et d’affaires dans des journaux canadiens et étasuniens réputés dans le domaine du génie des réservoirs; du génie de la production; de l’amélioration de la récupération du pétrole; de la technologie de forage à l’horizontale; de l’analyse des risques; de l’estimation des réserves; des évaluations économiques; des analyses statistiques; du transfert de chaleur et l’énergie solaire. Il est un auteur distingué du Journal of Canadian Petroleum Technology (JCPT) et coauteur de la première monographie de la Société du pétrole : Determination Of Oil and Gas Reserves.

 

M. Asgarpour a exercé les fonctions de premier vice-président du Petroleum Recovery Institute, et de directeur pour la Petroleum Technology Alliance Canada (PTAC), Longview Resources Management Corporation, RMX Exploration Ltd, Canadian 88 Energy Resources Corporation, Canadian 88 Midstream Services Inc., Canadian 88 Energy (É.-U.) Inc. et Evergreen Capital Corp.

 

M. Asgarpour a agi comme directeur de la Société du pétrole de l’ICM de 1992 à 1998, comme président du conseil national de 1996 à 1997, comme président général pour la 46e réunion technique annuelle et comme président technique de la 40e réunion technique annuelle et président du comité de révision éditoriale du JCPT. Il est membre de l’Association of Professional Engineers, Geologists and Geophysicists of Alberta.

 

M Asgarpour et sa femme Mahnaz ont trois enfants : Justin, Andrew et Jessica.

 

Haut

 

2001-2002

Rex V. Gibbons

Rex V. Gibbons 

M. Gibbons a obtenu son diplôme de baccalauréat en sciences en 1967 et sa maîtrise en sciences (géologie) en 1969 de la Memorial University of Newfoundland. Il a ensuite étudié au California Institute of Technology (Caltech), à Pasadena, duquel il a obtenu un diplôme de doctorat en géologie en 1974.

 

 

Par la suite, il a passé deux ans comme assistant de recherche au National Research Council (NRC) à la direction de géologie et de géophysique au centre spatial de la NASA Lyndon Johnson, à Houston (1974-1976).

De 1976 à 1989, il a passé environ 13 ans dans des postes de haute direction auprès du ministère des Mines et de l’Énergie de Terre-Neuve. Au cours de cette période, il a été un bénévole très actif au sein de sa communauté locale. Il a été membre de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM), servant à la section de Terre-Neuve, ainsi que conseiller pour Terre-Neuve sur le comité exécutif national de l’ICM, et comme vice-président de l’ICM pour le District 1 (Région de l’Atlantique du Canada). Il a reçu la médaille pour services remarquables pour le District 1 en 1992.

 

M. Gibbons est également membre de l’Association géologique du Canada (AGC), participant tant à la section de Terre-Neuve qu’à l’échelle nationale. En 2001, il a agi comme président du comité des finances pour la réunion nationale de l’AGC tenue au mois de mai à St. John’s, Terre-Neuve. Il a également effectué un mandat de trois ans au conseil d’administration de la Memorial University comme représentant des diplômés élu, ainsi que deux mandats au conseil scolaire conjoint d’Avalon (secteur de St. John’s), dont trois ans comme président. Pendant trois ans, il a été président de la Newfoundland and Labrador Government Managers Association, et il a participé au Terra Nova Toastmasters Club.

De 1989 à 1997, M. Gibbons a été élu comme représentant du District of St. John’s West dans la législature de Terre-Neuve. De mai 1989 à avril 1997, il a été membre du cabinet de Terre-Neuve, en tant que ministre responsable des Mines et de l’Énergie, notamment de Newfoundland and Labrador Hydro Corporation et de l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extracôtiers. À partir du milieu de 1994 jusqu’au début de 1996, il a également tenu des responsabilités ministérielles pour le ministère Forest Resources, Wildlife, and Crown Lands.

 

Depuis le milieu de 1997, M. Gibbons est vice-président exécutif et consultant principal en géoscience pour Jacques Whitford Environment Limited et sa filiale, Newfoundland Geosciences Limited, basée à St. John’s. Le Jacques Whitford Group est une firme multidisciplinaire, détenue par les employés, composée d’ingénieurs, de scientifiques de l’environnement et de professionnels associés détenant des bureaux au Canada de St. John’s à Vancouver, ainsi que plusieurs bureaux à l’échelle internationale. Il est membre du comité de direction de la firme.

 

En 1998, il a été nommé directeur d’ATL – JW Consulting, une coentreprise entre Jacques Whitford et ATL Consulting du Royaume-Uni; il a également agi à titre de président du conseil de direction et président de ce groupe conjoint. En 2000, lorsque Jacques Whitford et EM&I du Royaume-Uni ont formé une coentreprise, EM&I Jacques Ltd, il a été nommé directeur et président du conseil d’administration.

 

M. Gibbons est un géoscientifique professionnel enregistré (P. Geo.), à titre de membre de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of Newfoundland and Labrador. En 1991, cette association lui a remis le prix du mérite. Au cours des années 1980, avant d’être élu à la législature, M. Gibbons a présidé un comité de géoscientifiques qui a mené à la reconnaissance des géoscientifiques au sein du groupe d’ingénieurs professionnels déjà existant. Il était devenu ministre lorsque la nouvelle loi conjointe a été proclamée par le gouvernement de Terre-Neuve, et il est devenu l’un des premiers inscrits en géoscience.

 

Depuis 1997, M. Gibbons continue ses activités comme bénévole très actif. En janvier 1998, il a été élu pour un mandat de deux ans comme directeur du St. John’s Board of Trade. Il a également siégé au conseil d’administration de plusieurs associations et sociétés.

 

Haut

 

2000-2001

Patricia Joan Dillon

Patricia Joan Dillon 

Patricia Dillon, une diplômée en géologie et en éducation de l’University of Toronto, est revenue chez Teck Corporation en mai 2001 comme gestionnaire des relations d’entreprise après avoir complété un détachement de trois ans au programme de Lassonde Mineral Engineering, de son alma mater, en tant que directrice des liaisons externes. Avant de joindre Teck en 1979, elle enseignait au secondaire.

 

Membre de l’ICM depuis 1980, Patricia Dillon a servi comme présidente de la section de Toronto de l’ICM en 1997. Elle est membre de l’Association géologique du Canada, directrice de l’Association des prospecteurs et développeurs du Canada (APDC) et membre de son comité sur l’éducation. En 1998, elle a reçu la médaille commémorative des anciens présidents de l’ICM en reconnaissance de ses efforts constants au nom de toute l’industrie minière, et pour avoir été un exemple pour les jeunes hommes et femmes qui étudient la possibilité de faire carrière dans les mines.

 

Mme Dillon a agi comme co-présidente de la foire commerciale « Mining Millennium 2000 », tenue de concert avec l’APDC, du 5 au 10 mars 2000 à Toronto. Il s’agissait de la plus grande conférence de l’industrie des mines internationale jamais tenue au Canada. Elle a agi comme ambassadrice du programme Les mines – Une industrie à appuyer (KMIC) et elle est membre du comité des relations publiques de l’Association minière du Canada, qui offre des conseils et guide les travaux de l’industrie minière, partenaire de développement, le programme qui succéda à KMIC.

 

Elle est présidente de l’organisme de charité « Mining Matters » de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, depuis sa création en 1997. Les activités de l’organisme sont axées sur la conception et la distribution de programmes pédagogiques sur l’importance des roches, des minéraux et de l’industrie des minéraux afin de soutenir les programmes des écoles élémentaires en Ontario. La première unité a été conçue pour les élèves de 7e année en 1994. Plus de 2 100 trousses pédagogiques ont été distribuées dans les ateliers d’enseignement depuis 1995. L’unité pour la 4e année introduite en 1998 est actuellement enseignée dans 2 600 classes de l’Ontario. L’unité pour la 7e année a été révisée en 2001 par une équipe d’enseignants pour l’harmoniser avec le nouveau programme de technologie et de science ontarien : La croûte terrestre. En 1997, l’unité pour la 7e année a reçu le trophée du Prix de reconnaissance des partenariats thématiques du Conference Board du Canada pour « la promotion de la connaissance en science pour le monde du travail »; et en 1998, le comité d’enseignement de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, initiatrice du programme, a reçu le prix pour une réalisation spéciale de cette même association.

 

L’ensemble de ses efforts constants au nom de l’industrie des minerais canadienne, particulièrement en ce qui concerne la sensibilisation aux contributions de l’industrie minière à la société, a servi d’exemple à tous les membres de l’Institut. À titre de présidente, le thème de son mandat était : [traduction] « ICM – favoriser les liens, faire preuve d’excellence ».

 

En 2000, Mme Dillon a reçu le prix Athena de la ville d’Oakville en reconnaissance des services offerts à la communauté et de l’encadrement de jeunes femmes. Elle est également directrice de la Fondation canadienne contre la faim/Partners in Rural Development, un organisme international non gouvernemental.

 

Haut