Evolution and optimization of the gravity recoverable gold test

CIM Journal, Vol. 1, No. 2, 2010
L. Huang and S. Koppalkar, COREM, Québec, Québec
Abstract

The development and evolution of the gravity recoverable gold (GRG) test procedure at McGill University is reviewed in this paper. Since the late 1980s, the research group led by the late Professor André Robert Laplante at McGill University has undertaken fundamental studies and applied research of the Knelson concentrator to develop a sustainable method of estimating GRG. Historically, a concept of “free gold” was used, and it was defined as the gold that could be separated and recovered from gold ore by amalgamation. Due to health and safety hazards, the practical use of amalgamation has declined. Around 1994, a methodology using a 3-in Knelson concentrator to measure gravity recoverable gold was established at McGill University. As a result of more than 10 years of improvement and optimization, this technique has become a standard method of evaluating GRG for gold ores, gold plant streams and platinum group metals. By 2006, about 200 GRG tests were carried out at McGill University on ores from all over the world. Recently, a modified version of the GRG test (a simplified test) was developed to provide a quick and rough estimate of the GRG in a sample; this simplified test has the advantage of reduced mass, processing time and cost. To recognize and honour the contributions made by the late Professor Laplante towards the establishment of a standard test procedure for assessing gravity recovery potential, the authors propose that the GRG test be named after Laplante.


Le développement et l’évolution du procédé d’essai de récupération gravimétrique de l’or à l’Université McGill sont analysés dans cet article. Depuis la fin des années 1980, le groupe de recherche dirigé par feu professeur André Robert Laplante à l’Université McGill a entrepris des études fondamentales et de recherche appliquée sur le concentrateur Knelson afin de développer une méthode durable d’estimer l’or à récupération gravimétrique. Historiquement, le concept « d’or libre » était utilisé et il était défini en tant que l’or qui pouvait être séparé et récupéré du minerai aurifère par amalgamation. Pour des raisons de santé et de sécurité, l’utilisation pratique de cette technique d’or libre a décliné. Vers 1994, une méthodologie a été établie à l’Université McGill, selon laquelle on utilise un concentrateur Knelson de 3 pouces pour mesurer l’or récupérable par gravité. Après une dizaine d’années d’améliorations et d’optimisations, cette technique est devenue une méthode standard d’évaluer l’or à récupération gravimétrique dans les minerais aurifères, les pulpes des usines d’extraction d’or et les métaux du groupe du platine. En 2006, environ 200 essais de récupération gravimétrique avaient été effectués à l’Université McGill sur des minerais provenant de partout au monde. Dernièrement, une version modifiée (simplifiée) de l’essai a été développée afin de fournir une estimation rapide et approximative de l’or à récupération gravimétrique dans un échantillon. Cet essai simplifié a l’avantage de réduire la masse et le temps requis, en plus de diminuer les coûts. Pour reconnaître et honorer les contributions de feu professeur A. R. Laplante à la détermination d’une procédure d’essai normalisée pour évaluer le potentiel de récupération gravimétrique, les auteurs proposent de nommer cet essai en son honneur.
Keywords: Gravity recoverable gold, Gold ore characterization, Knelson concentrator, Centrifugal separation, Or à récupération gravimétrique, Caractérisation de minerais aurifères, Concentrateur Knelson, Separation centrifuge
Full Access to Technical Paper
PDF version for $20.00
Other papers in CIM Journal, Vol. 1, No. 2, 2010