Use of Twinned Drillholes in Mineral Resource Estimation

Exploration and Mining Geology, Vol. 18, 2009

M.Z. Abzalov

Abstract Drilling twinned holes is a traditional technique used for verification of intersections of high-grade mineralization, testing of historic data, or confirmation of drillhole data during geological due diligence studies. Twinned holes can also be used for special tasks such as correcting earlier data that are recognized to be biased.

Successful implementation of the twinned-holes technique requires thorough planning. Experience suggests that good practice is to drill twinned holes no more than 5 m apart. Many unsuccessful twinned-holes programs could possibly have failed because the twinned holes have been drilled too far apart.

Twinned holes are best compared by mineralization intersections and, if the data and geological characteristics of the deposit permit, by samples, equal-length composites, or geological units. Variables to be verified by twinned holes should include the thicknesses of the geological units of interest (e.g., mineralized thickness) as well as the presence of significant geological features (e.g., ore/mineralization contacts, alteration, etc.).

A formal, rigorous analysis of twinned-hole data is essential. Repeatability of sampling, analytical results, and bias must be analyzed and statistically quantified. The number of twinned holes required for conclusive statistical and geostatistical analysis can be as high as 20–30, in particular where the studied variables are characterized by high short-range (local) variability.

The efficiency of this approach is demonstrated by several examples of successfully applied twinned-hole projects, including applications to orogenic gold, mineral sands, bauxite, and iron ore deposits.
Keywords: Twinned holes, QA, QC, Due Diligence
Résumé Le jumelage de trous de forages est une technique traditionnellement utilisée pour la vérification d’intersections minéralisées à haute teneur, la confirmation de données historiques ou la validation de données de forage lors de l’exercice d’un mandat d’audit préalable. Le jumelage de trous peut également être utilisé dans des buts particuliers, tel que la correction de données pré-existantes que l’on sait être biaisées.

Une planification rigoureuse est nécessaire à un usage réussi de cette technique. Notre expérience suggère que des forages jumelés ne devraient pas être distants de plus de cinq mètres. L’échec de plusieurs programmes de forages jumelés pourrait avoir été causé par un écart trop grand entre les forages.

Il est préférable de comparer une intersection minéralisée à la fois dans les trous jumelés et, si les données et les caractéristiques du gisement le permettent, une seule paire d’échantillons, de composites de longueur égale ou d’unités géologiques. Les variables dont il faut tenir compte dans les trous jumelés devraient comprendre l’épaisseur des unités géologiques d’intérêt (l’épaisseur minéralisée, par exemple) ainsi que la présence d’éléments géologiques significatifs (contacts avec la minéralisation, ou zones d’altération, par exemple).

Une analyse rigoureuse et formelle des données d’un programme de forages jumelés est essentielle. La reproductibilité de l’échantillonnage, les résultats analytiques et le biais analytique doivent être quantifiés et analysés statistiquement. Le nombre de trous jumelés nécessaire pour une analyse statistique et géostatistique concluante peut être aussi élevé que 20–30, particulièrement quand les variables étudiées présentent une forte variabilité à l’échelle locale.

L’efficacité de cette approche a été démontrée par de nombreux exemples de programmes de jumelage de trous complétés avec succès; incluant des exemples provenant de dépôts d’or de type orogénique, de placers minéraux, de gîtes de bauxite et de formations de fer rubanées.
Other papers in Exploration and Mining Geology, Vol. 18, 2009
Search